Oum KALTHOUM

 Oum Kalthoum

Oum Kalthoum (Oum Kalthoum Ibrahim al-Sayyid al-Beltagui) est une cantatrice, musicienne et actrice égyptienne, née à Tmaïe El Zahayira (Égypte) à une date non déterminée et morte le 3 février 1975 au Caire.

Surnommée l'« Astre d'Orient », considérée, plus de trente ans après sa mort, comme la plus grande chanteuse du monde arabe.
Son engagement dans des œuvres caritatives lui valut le surnom de « cantatrice du peuple » . 

Dotée d'un registre de contralto, elle est connue pour sa voix puissante et ses chants consacrés à la religion, l'amour et la nation égyptienne. Il est difficile de mesurer l'étendue de sa voix qu' elle  ne forcait pas, ses chansons très longues étant enregistrées en direct.

Oum Kalthoum a acquis sa technique de chant durant son enfance lorsqu'elle récitait des versets du Coran, ce qui lui a permis de développer sa voix car ces récitations requièrent une sensibilité musicale de l'oreille et des techniques proches des méthodes utilisées pour entraîner les chanteurs d'opéra ou de chœurs.

Le Général De Gaulle l'appelait « La Dame » et Maria Callas « La Voix Incomparable ». En Égypte et au Moyen-Orient, Oum Kalsoum est considérée comme la plus grande chanteuse et musicienne. Aujourd'hui encore, elle jouit d'un statut presque mythique parmi les jeunes Égyptiens. Elle est également très populaire en Israël et en Palestine parmi les Juifs et les Arabes et ses disques se vendent encore à environ un million d'exemplaires par an.
En 2001, le gouvernement égyptien a inauguré le musée Kawkab al-Sharq ("astre de l'Orient") en mémoire de la chanteuse. Le musée abrite une série d'effets personnels ayant appartenu à Oum Kalthoum, dont ses célèbres lunettes de soleil et écharpes mais également des photos, des enregistrements et d'autres objets d'archives.

Oum Kalthoum meurt le 3 février 1975. Ses funérailles se déroulent à la mosquée Omar Makram du Caire où sont célébrés les plus grands musulmans. Le corps devait initialement être porté jusqu'à un véhicule qui l'aurait amené à sa dernière demeure mais face à l'afflux de personnes venues pleurer la chanteuse, et contrairement à la tradition musulmane, les autorités ont repoussé les obsèques de deux jours.
Les funérailles d'Oum Kalthoum ont déclenché des scènes de détresses collectives et la foule venue saluer le corps a dépassé le nombre attendu. Des stars du cinéma, des poètes, des hommes d'affaires, des ambassadeurs, des ministres ainsi que de nombreux anonymes ont formé un cortège de plus d'1,5 km (pour environ trois millions de personnes), formant le deuxième plus grand rassemblement d'Égypte, après les funérailles de Nasser. 
Les Caïrotes s'emparèrent du cercueil et le promenèrent pendant trois heures dans les rues du Caire avant de l'amener à la mosquée al-Sayyid Husayn, une des favorites d'Oum Kalthoum. Là, le cheïkh de la mosquée répéta les prières funéraires et  pria les porteurs d'amener le cercueil à sa tombe, arguant qu'Oum Kalthoum était une femme pieuse et qu'elle aurait voulu être enterrée rapidement comme le recommande la tradition musulmane. Elle fut enterrée auprès de ses parents et de son frère, au Caire.