Habib BOURGUIBA

Habib Bourguiba

Habib Bourguiba (1903 - 2000) fut un homme d’État tunisien.
Avocat formé en France dans les années 1920, il revint au pays et commenca à militer dans les milieux nationalistes. En 1934, à l’âge de 31 ans, il fonda le Néo-Destour, fer-de-lance du mouvement pour l’indépendance de la Tunisie.

Plusieurs fois arrêté et exilé par les autorités du protectorat français, il choisit de négocier avec la Quatrième République, tout en faisant pression sur elle, pour atteindre son objectif.
Une fois l’indépendance obtenue le 20 mars 1956, il mit sur pied un État moderne en  proclamant la république dont il devint le premier président le 25 juillet 1957.

 Parmi les priorités de son action politique figurèrent le développement de l’éducation, la défense de l’égalité entre hommes et femmes, le développement économique et une politique étrangère équilibrée, ce qui en fit une exception parmi les dirigeants arabes.

Ceci n’empêcha pas le développement d’un culte de la personnalité autour de sa personne — il portait alors le titre de « combattant suprême » — et l’instauration d’un régime de parti unique pendant une vingtaine d’années. La fin de sa présidence, marquée par sa santé déclinante, la montée du clientélisme et de l’islamisme, se conclut par sa destitution, le 7 novembre 1987, à l’initiative de son Premier ministre Zine el-Abidine Ben Ali.
Installé par le nouveau régime dans une résidence à Monastir, il meurt le 6 avril 2000 et repose dans le mausolée qu’il s’était fait construire.