La Lutte Sénégalaise

 Lutte Sénégalaise au stade Demba Diop à Dakar

La lutte ou lamb est devenue le sport national au Sénégal après qu'un Français eut l'idée en 1926 d'organiser des combats payants. 
Avant d'être aussi populaire, la lutte était pratiquée dans les campagnes par de jeunes paysans et animait la saison des récoltes dans les villages Wolof et surtout Sérère. 
En effet, les Sérère, au passé prestigieux de guerriers, sont à l'origine de ce sport bien que les circonstances de son apparition soient lointaines et mystérieuses. 

De nos jours, la plupart des champions sont Sérère bien que les Diola fassent de très bons lutteurs.
Plus qu'un sport de combat, la lutte s'accompagne de chants de bravoure et de défiance, de pratiques magiques et de l'évocation de la mémoire qui véhiculent la richesse culturelle du pays. 

 La préparation du lutteur se traduit entre autres par des consultations de marabout, la confection de gris-gris, des sacrifices et des bains rituels.
Trois sortes de lutte sont pratiquées au Sénégal : la " lutte avec frappe", la " lutte sans frappe" (surtout en pays Diola, chez les Peul de Casamance ou les Sérère du Sine Saloum), ainsi que la " lutte gréco-romaine" moins connue du grand public.
Les épreuves nationales se déroulent dans le stade Dempa Diop de Dakar et sont retransmises à la télévision le dimanche pour le plus grand plaisir des Sénégalais.

Texte : Blandine Leguichaoua
Photo : Lutte Sénégalaise au stade Demba Diop de Dakar @ Jean-Louis Delbende - 2010