Economie du Nigeria

Monnaie : le Naira (NGN).
PNB (1998) : 36,4 milliards de $.
PNB/habitant : 300 $.
Budget (estimation 1998) : recettes, 304 milliards de NGN ; dépenses : 304 milliards.
Dette extérieure (1997) : 32 milliards de $.
Importations (1998) : 9,8 milliards de $ (dont machines, produits chimiques, matériel de transport, produits manufacturés ; provenant principalement de l'Union européenne, pour 50 %, des États-Unis et du Japon).
Exportations (1998) : 9,7 milliards (dont 95 % de pétrole et produits pétroliers, fèves de cacao, caoutchouc naturel ; principalement vers les États-Unis et l'Union européenne).

Agriculture et forêt : 32 % du PIB en 1998 ; le secteur, stimulé par les pouvoirs publics, emploie 36 % de la population active. Le Nigeria est un des plus grands producteurs agricoles mondiaux; c'est le premier producteur africain d'ananas, d'arachides, d'ignames, de gombos, de manioc, de mangues, de millet, d'oignons frais, de noix de karité et de kola.
Productions vivrières (1998) : manioc, 30,4 millions de t. ; ignames, 19,6 millions de t. ;
millet et sorgho, 13,4 millions de t. ; maïs, 5,9 millions de t. ; taros, 1,8 million de t. ;
bananes plantains, 1,7 million de t. ; riz, 3,3 millions de t. (principal producteur de l'Afrique subsaharienne) ; légumes frais, 2,9 millions de t. ; fruits frais, 1,4 million de t. ;
noix de coco, 150 000 t. ; oignons, 200 000 t.
Cultures commerciales : graines de palme, 16 millions de t. ; arachides, 2,5 millions de t. ; palmistes, 548 000 t. ; ananas, 800 000 t. ; mangues, 500 000 t. ; noix de karité, 440 000 t. ; graines de soja, 361 000 t. ; coton, 175 000 t. ; cacao, 155 000 t. ; canne à sucre, 620 000 t. ; noix de kola, 110 000 t. ; caoutchouc naturel, 90 000 t. ; graines de sésame, 60 000 t. ;
tabac, 9 200 t.
Bois (1997) : 6,2 millions de m3 (grumes, sciages et placages).
Cheptel (1998) : 19,6 millions de bovins, 24,5 millions de caprins, 14 millions d'ovins,
7,6 millions de porcins (1er rang d'Afrique), 1 million d'ânes, 200 000 chevaux, volaille (126 millions de poules).
Pêche (1996) : 366 000 t. de poissons de mer et d'eau douce, de mollusques et crustacés.

Mines et industries : 41 % du PIB en 1998. La grande variation des cours influe fortement sur les revenus du pétrole ; des efforts sont faits pour augmenter la production de gaz naturel dont les réserves sont très importantes.
Réserves minières : pétrole (3 milliards de t. ), dans le delta du Niger et off shore ;
gaz naturel (3 700 milliards de m3 au 2ème rang du continent) dans la même zone, charbon, fer, étain, zinc, colombite (minerai de niobium), kaolin.
Productions (1997) : pétrole, 106,2 millions de t. (1er producteur africain et 11ème mondial) ; gaz naturel, 4,7 milliards de m3 correspondant à peu près au quart de la production réelle, les résidus du gaz associé au pétrole étant brûlé faute d'infrastructures pour l'exploitation ; 
fer (100 000 t. en 1995), charbon (110 000 t. en 1995), étain (300 t. en 1996),
kaolin, niobium.
Industries agro alimentaires (1998) : 35 000 t. de sucre, 810 000 t. d'huile de palme, 567 000 t. d'huile d'arachide, 351 000 t. d'huile de palmiste, I7 000 t. d'huile de coton,
13 000 t. d'huile de coprah, 154 000 t. de beurre de karité, boissons; égrenage de coton
(55 000 t. de fibres de coton en 1998) ; industries textiles et du cuir ; fonderie d'aluminium, raffinage de pétrole (5 raffineries), usine de gaz naturel liquéfié (capacité prévue : plus de 6 millions de t. ) ; industries chimiques (1,7 million de t. d'engrais par an, ciment : 1,6 million de t. en 1996, pétrochimie) ; industrie mécanique (montage d'automobiles) ; industries pharmaceutiques; industrie du bois ; acieries, réactivation du projet de l'aciérie d'Ajaokuta. Électricité (1996) : 13,8 milliards de kwh, dont plus d'un tiers d'origine hydroélectrique (barrage de Kainji).

Tourisme : 640 000 touristes et visiteurs ont rapporté 124 millions de $ en 1998.

Communications et services :
- Compagnie nationale Nigeria Airways et compagnies privées.
- Aéroports internationaux de Lagos, Abuja, Port-Harcourt, Kano, Kaduna, Calabar et Enugu, et 11 aéroports secondaires.
- Principaux ports maritimes et terminaux pétroliers : Warri (37,2 millions de t. manutentionnées en 1998, 3ème rang africain), Apapa-Tincan Island (Lagos), Port-Harcourt, Calabar.
- Flotte d'une quarantaine de gros navires totalisant 382 000 de tonneaux de jauge brute en 1997.
- Réseau de pipelines dans le delta du Niger et nombreux postes d'embarquement d'hydrocarbures (Escravos, Forcados, Brass, Bonny, Kwa Ibo).
- 8 500 km de voies navigables (Niger, Bénoué et lagunes de la côte).
- 3 500 km de chemin de fer (en cours de rénovation).
- 32 800 km de routes, dont plus de 80 % bitumés.
- Parc automobile (1997) : 12 véhicules pour 1000 habitants.
- Téléphone (1997) : 4 lignes principales pour 1 000 habitants.
- Télévision (1997) : 61 postes pour 1000 habitants.
- Nombreuses banques et assurances.