Fès, Maroc

Fès

Capitale intellectuelle, capitale artisanale, la plus impériale des villes du Maroc, perle du monde arabe, Fès est le lieu des sensations capitales.

Qu'on vienne y chercher, comme à Florence ou à Athènes, le trésor d'une civilisation, l'inépuisable richesse d'une vie généreuse et variée jusqu'à la profusion, ou la sensualité du soleil, des couleurs et des saveurs, on est sûr de trouver à Fès ce que l'on aime.

Ici, personne ne sait où finit le plaisir de l'esprit et où commence le plaisir des sens.

Raffinement des palais ou des musées, luxuriance de la vie, Fès, ville unique, vous convie à de multiples voyages.

FÈS, LA PLUS IMPÉRIALE DES VILLES IMPÉRIALES

Première capitale du royaume en 808 avec Idriss II, puis deux fois encore, au XIIIème siècle avec les Mérinides et au XIXème siècle sous le règne de Moulay Abdallah, centre spirituel et culturel du Maroc traditionnel : Fès est une ville multiple, unique par sa splendeur. Outre la ville européenne construite après la première guerre mondiale, Fès se dédouble en Fès el Jédid ("la Nouvelle") et Fès el Bali ("l'Ancienne"). Et Fès el Bali se compose elle-même de deux quartiers.

En 818, plusieurs centaines de familles musulmanes, chassées d'Andalousie par les armées chrétiennes, s'installèrent sur la rive droite de l'oued Fès. Sept ans plus tard, 300 familles kérouanaises s'établirent sur l'autre rive.

 Les Arabes d'Andalousie apportèrent l'art et le savoir d'une civilisation à l'apogée de sa gloire. Le quartier des Andalous saisit par sa splendeur et par la profusion de ses édifices. Les palais rivalisent d'ornements : boiseries sculptées, bronzes ciselés, zelliges polychromes, moucharabiehs, colonnes et plâtres sculptés...

A deux pas, la porte monumentale de la Mosquée des Andalous invite les fidèles au recueillement. Signalée par son minaret vert et blanc, la médersa el Sahrij (1321) semble ruisseler de sa luxueuse décoration.

Toutes les médersas abritent une cour pavée de marbre ou d'onyx qu'on aperçoit par les portes entrouvertes comme un sanctuaire de lumière. Par une fenêtre s'échappent des voix d'enfants qui psalmodient. Qui prête l'oreille entend vibrer comme des cordes les liens qui unissent un peuple à sa culture, la terre au ciel, la matière à l'esprit.

Aux Kérouanais, on doit l'imposante et splendide mosquée el Qaraouiyyîn, au scintillant toit de tuiles émeraude.
C'est le plus ancien centre d'enseignement du monde occidental, avant Oxford et la Sorbonne et aujourd'hui encore l'un des principaux pôles intellectuels du Maghreb. Sa bibliothèque, l'une des plus vastes du monde, abrite 30 000 volumes et un superbe Coran du IXème siècle. Fondée en 857 et agrandie jusqu'en 1317, elle demeure un acte de foi, un rêve de pierre et de ferveur.

Quand les Mérinides prirent le pouvoir au XIIIème siècle, ils trouvèrent Fès el Bali trop petite pour contenir les palais que méritait leur magnificence. Ils les construisirent hors les murs et ajoutèrent jardins, mosquées, écoles coraniques, souks...
C'est ainsi que naquit Fès la Nouvelle ou Fès el Jédid.

La grande rue des Mérinides et la place des Alaouites en constituent le centre névralgique. Dar el-Makhzcn, le palais royal aux portes dorées donne sur l'esplanade d'où part la rue Bou Khessissat avec ses maisons de bois et de fer forgé.

A quelques centaines de mètres, le cimetière Israélite aux tombes immaculées dégage un espace de silence au cœur du Mellah, le quartier juif.
Les orfèvres tiennent boutique dans la grande rue des Mérinidcs, très vivante, qui traverse cette enclave du XVème siècle.

Le Petit Méchouar entouré de remparts mène au quartier de Moulay Abdallah, au Vieux Méchouar et à ses jardins.

Le bruissement des feuillages semble confier au flâneur la longue et passionnante histoire de ce quartier.
Jadis consacré aux parades royales, il s'ouvre sur Bab Al Makina, désormais accessible au public, où l'on fabrique des tapis artisanaux.

Au sud de Fès el Jédid s'étend la ville moderne aux spacieuses avenues. Elle est traversée de bout en bout par l'avenue Hassan II où feuillages et bassins jouent avec la lumière. Le tour de Fès est une promenade si charmante qu'on ne regrettera pas de le faire deux fois. A l'aube, dans la lumière qui monte des collines, et au crépuscule, quand le soleil trempe d'ocré et de rouge les cascades de toits et de coupoles. Impériale vision, à coup sûr gravée dans la mémoire comme une douce invitation au retour.

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

DÉLÉGATION DU TOURISME
Place de la Résistance, Immeuble Bennani
Tél. : (055) 62 34 60 - Fax : (055) 65 43 70

SYNDICAT D'INITIATIVE ET DE TOURISME
Place Mohamed V

CONSEIL RÉGIONAL DU TOURISME
Objectif Maroc,
9, Rue de Turquie
Tél. : (055) 65 28 16 - Fax : (055) 62 17 76

COMPAGNIES DE TRANSPORT

Autocars CTM : Quartier Allas
Tél. : (055) 73 29 92 - Fax : (055) 64 23 49
Gare Ferroviaire : Rue lmurale Arabia
Tél. : (090) 20 30 40
Royal Air Maroc
54, Av. Hassan II
Tél. : (055) 62 55 16/17 - Fax : (055) 62 66 23 Aéroport Fès-Saïss : IIP. I I,
Tél. : (055) 62 48 00 - Fax : (055) 65 26 64

BANQUE
Bank Al Maghrih
Avenue Lala Mènera
Tél. : (055) 62 55 96/97/98
Fax : (055) 62 13 87 (d'autres banques ont de nombreuses agences à travers la ville)

URGENCES
Police - Tél. :19
Pompiers - Tél. :15
Secours routiers - Tél. :177
Pharmacie de nuil :
Boulevard Moulay Youssef
Tél. : (055) 62 34 93

MUSÉES
Musée du Balha
Place 11 Janvier
Tél. : (055) 63 41 16 / (055) 94 30 49
Musée des Armes
Borj Nord
Tél. : (055) 64 75 66
Musée des Ails du Bois
Place Nejjarine (médina),
Tél. : (055) 74 05 80 - Fax : (055) 63 61 85

CENTRE ARTISANAL
Avenue Allai Ben Abdallah, B.P. : 31
Tél. : (055) 62 56 54 - Fax : (055) 65 38 51

A contempler la pente douce de ses toits depuis les tombeaux des Mérinides, qui pourrait croire que Fès renferme une telle agitation ? 

La plus belle façon de la visiter est de marcher sans hâte et sans but, de suivre le tourbillon de la vie, de se laisser guider par ses sens. Laine moelleuse, verre de thé brûlant, senteur des aromates et des saumures dans le souk des épiciers, éblouissement coloré des écheveaux suspendus dans le souk des teinturiers, saveur des brochettes et des pâtisseries au miel, rumeur des hommes, bruits sourds des outils un peu partout...

Se perdre dans ce labyrinthe de ruelles, d'escaliers, de passages, de voûtes et d'impasses, c'est partager la fascinante authenticité d'un monde jalousement préservé.

LE MAROC DES BOIS ET DES SOURCES

Lacs aux eaux claires, forêts d'un vert profond, montagnes imposantes du Moyen-Atlas : la région de Fès révèle un Maroc inhabituel, méconnu, et sublime. Il suffit de parcourir quelques kilomètres pour passer des rumeurs de la ville au calme des grands espaces.

A commencer par le magnifique golf de Fès, concentré de nature puissamment mis en scène par Cabell B. Robinson.

Pour suivre, les singes magots jouent les acrobates dans l'immense cédraie séculaire de l'Atlas qui abrite les dernières panthères tachetées.

Toutes les saisons, toutes les heures ont leur couleur et leur vibration: pure blancheur de l'hiver, verte tendresse du printemps, aube bleutée, crépuscule flamboyant.

IMOUZZER DU KANDAR

Perché à 1 345 mètres, ce ravissant village berbère respire une paix profonde, à l'exception du lundi, jour du souk.

Visitez les curieuses habitations souterraines de la casbah des Aït Serghouchen. Partez pour d'exaltantes excursions à la découverte des sources qui jaillissent à proximité du village.

Grimpez jusqu'au djebel Abad, 1768 mètres, le point culminant du Kandar. Où que l'on se tourne, quel spectacle ! La calme plaine du Saïs, les toits plats de Fès piqués de minarets, Meknès perché sur sa colline, les montagnes du Rif...

TAZA

Fondée au Xème siècle par les Berbères, passage obligé entre les fertiles terres de l'Ouest et les steppes du Nord, Taza fut une citadelle riche et farouche.

Dans l'ancienne ville, qui surplombe la ville moderne, monuments, merveilles et curiosités abondent : les remparts du XIIème siècle, le bastion de l'ancienne casbah, le marché aux grains, les souks où s'achètent nattes, bijoux, tapis fabriqués dans les montagnes par les Berbères Béni Ouaraïn, l'étonnant minaret évasé de la mosquée du Marché, Dar el Makhzen, la Grande Mosquée qui contient l'un des plus beaux lustres en bronze du Maroc avec 514 godets à huile...

Après les charmes de l'histoire, les beautés naturelles. La région de Taxa est magnifique.

Forêt de chênes-lièges, cèdres, hautes fougères, sources, cascades et lacs, le djebel Tazzeka est si enchanteur qu'il fut consacré parc national.

L'ascension de son sommet (1980 m) est joliment récompensée par un sensationnel panorama sur les monts boisés du Tazzeka et les crêtes enneigées du Moyen-Atlas.

À NE PAS MANQUER

AU RENDEZ-VOUS DES GOURMETS

Fès, décidément capitale, est aussi la capitale de la gastronomie.
C'est le berceau de la pastilla légendaire et succulente : une pâte feuilletée aussi légère qu'un papier de soie renfermant un subtil hachis de pigeon, de sucre, d'amandes et d'épices.

Et puis, en flânant dans les rues, si vous rencontrer un vendeur de nougat, n'hésitez pas, arrêtez-vous.

LES TRÉSORS BLEUS DU DAR-BATHA

Près de l'admirable médersa Bou Inania, le musée du Dar-Batha regorge de trésors. Admirez la collection des céramiques, les plus belles du Maroc sont dues à la technique et à l'art fassis. Le célèbre "bleu de Fès" sert généralement de fond au décor, où s'enchevêtrent des motifs géométriques ou stylisés variés à l'infini.

LE TEMPS DES CERISES

A Sefrou, au mois de juin, les habitants fêtent le retour des cerises. Une procession se rend au tombeau du prophète Daniel. Une savoureuse occasion de découvrir le folklore vivant du Moyen-Atlas. Puis le joyeux tumulte de la fantasia est suivi par des chants et des danses paysannes.

SIDI HARAZEM

Les vertus de cette source d'eau chaude magnésienne étaient déjà connues du temps de Léon l'Africain, géographe arabe du XVIème siècle. Aujourd'hui, ces eaux dispensent leurs bienfaits dans le confort d'une station thermale moderne. Entre deux verres, rendez-vous près de la Koubba blanche de Sidi Harazem. Au milieu des eucalyptus, des palmiers et des lauriers rosés, on peut voir une ancienne piscine sacrée couverte d'une coupole. Faites un crochet jusqu'aux gorges du Sebou. Durant la route, d'époustouflants panoramas se succèdent, sur Fès, le Rif, le Moyen-Atlas, et sur les gorges elles-mêmes, fendues par l'oued Scbou dans un calcaire rougeâtre.

SEFROU

Hospitalière et apaisante, Sefrou s'alanguit parmi les vergers à 850 m d'altitude. A l'abri des vieux remparts, les ruelles tortueuses s'agrippent au rocher. Depuis la Koubba de Sidi Ali bou Serghine, on embrasse la plaine, large et verte. Sources, rivières, cascades vous entraînent ici dans le royaume des eaux vives.

AU FOND DU GOUFFRE

Près de Taza, le gouffre de Friouato s'enfonce à 180 m de profondeur. Un escalier descend jusqu'à un véritable palais souterrain. Salles et galeries semblent hantées d'étranges figures. Ce sont les stalactites, les stalagmites et les concrétions dont se hérissent les parois. Une féerie minérale.

L'EAU DE MOULAY YACOUB
Ici, il est recommandé de se mettre clans le bain! Les eaux chaudes et bienfaisantes de Moulay Yacoub soulagent rhumatismes, affections du nez et de la gorge, maladies de la peau et problèmes gynécologiques. Soyez parmi les premiers à profiter de la douillette, luxueuse, ultramoderne et toute récente station thermale de Moulay Yacoub et de ses équipes médicales réputées.


Agrandir le plan