Essaouira, Maroc

Remparts portugais à Essaouira

Jadis, quand les navires phéniciens, carthaginois, romains, portugais croisaient le long des côtes marocaines, les plages de sable blanc et la rade d'Essaouira les attiraient irrésistiblement.

Plumes d'autruches, sel, épices, aloses, sucre, céréales, pourpre, chevaux, poudre d'or, tissus... : à Essaouira, on trouvait tout ce dont un marin ou un empereur pouvait rêver.

Ville fortifiée à l'étonnant mélange d'architectures, un océan qui comble surfeurs et plongeurs, des criques sauvages, un soleil généreux tempéré par une légère brise, un artisanat réputé dans tout le Maroc, une savoureuse cuisine régionale, un accueil d'une sincérité touchante : à Essaouira, l'ancienne Mogador, on trouve tout ce dont un voyageur peut rêver.

Montez sur les remparts d'Essaouira et promenez-vous à travers les siècles.
Des galères romaines voguent vers les ateliers installés au 1er siècle avant J.C. par le roi Juba II dans les îles Purpuraires.

Ces îles tirent leur nom de la précieuse pourpre sécrétée par des mollusques, les murex, très répandus dans ses fonds marins.

Fermez les yeux. Quinze siècles passent.
Des galions mouillent dans la baie. Les Portugais sont maîtres de la ville et entendent le rester. 
Leurs redoutables forteresses les protègent des convoitises. Et pourtant...

Quel va-et-vient ! Nous sommes en 1764. Pas un jour sans que des vaisseaux de négociants européens n'accostent pour échanger des produits manufacturés contre les fabuleuses richesses de l'Afrique.

Essaouira, devenue le débouché de Tombouctou, assure 40% des échanges maritimes marocains.

Cet essor fulgurant est dû au sultan Sidi Mohamed ben Abdallah qui mit tout en œuvre pour concurrencer le port frondeur d'Agadir.

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

DÉLÉGATIONS DU TOURISME
Essaouira : 10, rue de caire, BP : 261
Tel : (044) 78 35 32 - Fax : (044) 78 35 30
Safi : 26 rue Imam Malek
Tel : (044) 62 24 96 - Fax : (044) 62 45 53

SYNDICAT D'INITIATIVE ET DE TOURISME
Essaouira : 10, rue de Caire
Tel : (044) 78 35 32 - Fax : (044) 78 35 30

TRANSPORTS
Gare routière - Tel : (044) 78 47 64
Chemins de fer (Supratours)
Tel :(044) 47 53 17
Aéroport d'Essaouira
Tel : (044) 47 67 04 - Fax : (044) 47 67 05

URGENCES
Police : 19
Pompiers : 15
Secours routiers : 177

MUSÉE
SIDI MOHAMED BEN ABDELLAH
Rue Derb Laâlouj - Tel : (044) 47 53 00

ENSEMBLE ARTISANAL
Bab Marrakech, Rue Mohamed El Qori
Tel / Fax: (044) 47 27 71

Le plan d'urbanisme fut confié à l'ingénieur français Théodore Cornut qui créa la Porte de la Marine pour assurer l'accès au port, ceignit la ville de remparts de style Vauban, dessina ses rues larges et rectilignes.

Retournez-vous et admirez "Essaouira la bien dessinée". Et maintenant descendez des remparts et revenez dans le présent pour profiter de tous les charmes d'Essaouira.

Si plaisante, si évocatrice, si attachante, Essaouira attire depuis le XVIIIème siècle poètes, savants, artisans et créateurs marocains.
Avec des artistes comme Nourredine Alioua, Mohamed Tabal, Mohamed Bouada, la ville reste l'un des centres actifs de l'art contemporain marocain.

A Essaouira, la beauté ne s'admire pas que sur les toiles. Quelle étonnante perspective forme cette ruelle bordée de maisons blanches aux volets bleus ! Et ce subtil clair-obscur sur la placette de Bab el-Sebaa avec en arrière fond les terrasses des cafés maures invitant à la pause thé !

Quelle précision dans les détails de la façade de l'ancienne demeure du pacha, le musée Sidi Mohamed Ben Abdallah renfermant les trésors de l'art régional.

Tout droit sortie d'une toile de Delacroix, une foule bigarrée déambule dans la rue Siaghine. Tous admirent les bijoutiers, héritiers de l'exceptionnel savoir-faire des orfèvres juifs, qui cisèlent longues et élégantes boucles d'oreilles, fibules, bracelets à charnières, anneaux de chevilles ou colliers d'argent....

Un peu plus loin, ce sont les mains habiles des marqueteurs incrustant le bois de thuya, de citronnier, d'ébène, de nacre ou de fil d''argent qui fascinent les passants.
Quelle belle nature morte ferait chez vous l'un de ces coffres débordant de bijoux !

 LES CANONS D'ESSAOUIRA

Sur la skala de la casbah s'alignent les célèbres canons d'Essaouira. Cet endroit surgi du passé fut choisi par Orson Welles pour tourner les décors extérieurs de son Othello.

Les canons d'EssaouiraFaites l'ascension de la tour carrée. À vos pieds dansent des taches de couleurs vives : ce sont les flottilles des chalutiers. 
Les exclamations des pêcheurs déployant leurs filets et des marins déchargeant des cageots de poissons argentés vous parviennent assourdies.

Le fumet des sardines grillées vous chatouille les narines. Jamais on ne s'ennuie en contemplant le port de pêche d'Essaouira.

Rêveries ensoleillées sur la longue plage de sable doré d'Essaouira et baignade dans les eaux calmes abritées par les îles, surf sur les rouleaux écumants de l'Atlantique, course de planche à voile à Sidi Kaouki, plongée à la découverte d'une extraordinaire faune marine... la côte autour d'Essaouira prodigue toute l'année les joies multiples de l'océan.

Car il y fait toujours beau plus de 3200 heures de soleil et moins de 300 mm de pluie par an.

Après avoir observé les poissons, allez donc voir les oiseaux : goélands et faucons occupent les îles Purpuraires, magnifique réserve ornithologique.

Faites-vous conduire par un pêcheur et surtout n'oubliez pas vos jumelles.

SAFI

Place de l'Indépendance bat le cœur de la ville. Les marchands y tiennent boutique le matin, vantent leurs marchandises aux passantes drapées dans leur haïk, les amuseurs publics s'y rassemblent le soir et chansons, contes, danses émerveillent grands et petits.

Dans les échoppes de la rue du Souk, l'amoncellement coloré des marchandises capte les regards. Et notamment l'éclat et la subtilité des décorations des fameuses poteries de Safi.

Quand les pêcheurs regagnent le port dans leurs belles barques en bois, leurs filets emplis de sardines, les hommes se pressent sur les quais pour acheter le poisson à la criée. Quels succulents tajines en perspective...

Ce débordement d'activité caractérise Safi depuis des siècles. En 1508, les Portugais conquirent la ville, y établirent un comptoir pour troquer ses productions contre de l'or et des esclaves. Ils ont marqué leur passage de pierres ocre. La sublime et étonnante chapelle portugaise pointe encore son nez dans la médina.

Résidence des gouverneurs, puis des sultans, le Dar el-Bahr est un majestueux "château de mer" encore armé de canons datant du XVIIème siècle.
La Kechla, imposante forteresse, abrite le très intéressant musée national de la céramique où s'admirent des pièces rares au surprenant effet de relief. Sa porte monumentale s'ouvre sur un vaste méchouar hérissé de tours crénelées qui protègent le palais. 
Quel sentiment de puissance on devait éprouver en contemplant Safi de cette plate-forme garnie de canons !

 A NE PAS MANQUER

 Là-haut sur la colline 

Sur la colline de Safi sont regroupés des dizaines de potiers qui trouvent sur place une argile très calcaire riche en oxyde de fer. 
Assistez à toute la phase de fabrication, trempage, séchage et pétrissage de l'argile, puis à la délicate décoration des pièces en jaune, vert et brun. Vous apprécierez tellement leur travail que vous n'aurez (presque) pas envie de marchander.

Vous pouvez les voir en peinture 
Avis aux amateurs de peinture abstraite, naïve, cubiste, ou de sculpture. Essaouira regorge de galeries d'art où s'exposent les œuvres de grands artistes contemporains, le plus souvent originaires de la ville.

Dans le port d'Essaouira 
A peine sont-elles débarquées par les pêcheurs encore frétillantes que déjà on vous les sert, grillées et accompagnées d'un filet de citron. Les sardines évidemment. A déguster sur place. Vous vous en lécherez les doigts!

La chèvre et l'arganier 
Dans l'arrière pays d'Essaouira prolifère un arbre qui ne se rencontre qu'au Maroc : l'arganier. Il produit une noix dont on extrait une huile alimentaire très recherchée. Les chèvres adorent son feuillage et n'hésitent pas à grimper jusqu'en haut des arbres pour s'en régaler.


Agrandir le plan