Histoire du Ghana

Les royaumes du Ghana : S'il a donné son nom à l'état actuel, l'ancien Empire du Ghana était en réalité situé plus au nord, dans les régions sahéliennes du Sénégal, de la Mauritanie et du Mali. Les États les plus anciens, sur le territoire ghanéen, furent les royaumes Fagomba et Mamprusi, dans le nord, prospères aux XIIème et XIIIème siècles. C'est vers cette époque que des immigrants de langue Akan, dont les Achanti et les Fanti, quittent la savane et viennent établir leur suprématie au sud de la ligne des forêts, formant une série de petits États. 

- Au début du XVème siècle : Ces royaumes exercent un commerce actif avec les peuples subsahariens vivant plus au nord.
- Seconde moitié du XVème siècle : La cité de Begho connaît un important développement grâce au commerce de l'or. 
Les premiers Européens à pénétrer dans la région sont des explorateurs portugais, qui donnent à cette région le nom de Côte-de-l'Or (Gold Coast), tant ils sont impressionnés par les parures que portent les souverains et dignitaires Achanti.
- 1482 : Les Européens créent un premier comptoir commercial à Sao Jorge da Mina, sur le site de l'actuelle ElMina. La région devint le premier fournisseur d'or de l'Europe avant la découverte des riches ressources de l'Amérique latine. Mais l'or ne se trouve pas dans les quantités espérées, les souverains Achanti lui accordant moins une valeur marchande qu'une signification symbolique. Le commerce des esclaves est une plus grande source de profits pour les marchands européens. La traite des Noirs, pratiquées dès le XVIème siècle, éveille l'intérêt de plusieurs pays européens.
- Début du XVIIIème siècle : Plus de trente comptoirs ont été édifiés par les Européens, les Anglais, les Hollandais, les Danois, etc.
- Dès 1642 : Les Hollandais ont chassé les Portugais. Le commerce européen favorise la domination des Achanti qui, peu à peu, se sont déplacés pour s'établir à la jonction des routes commerciales, autour de Koumassi. Ils deviennent les maîtres du commerce avec le Sud comme avec le Nord.
- Milieu du XVIIIème siècle : Le royaume Achanti exerce une hégémonie incontestée sur les peuples voisins, qui payent leur tribut en esclaves. 
La domination britannique
 La rivalité entre puissances européennes pour le contrôle du commerce de l'or et d'esclaves se conclut en faveur des Britanniques, qui évincent progressivement leurs concurrents.
- 1807 : La traite des esclaves est abolie par le Parlement de Londres.
- 1850 : La Couronne britannique fait l'acquisition des forts danois.
- 1871 : Les établissements hollandais sont également transférés à la Grande-Bretagne. 
- 1874 :
 La région côtière, totalement contrôlée par les Britanniques, est alors décrétée colonie de la Couronne. 
Les Achanti, cependant, avec une progression constante vers la région côtière habitée par les Fanti, constituent une menace pour les forts britanniques. Durant tout le XIXème siècle, les Achantis opposent une résistance farouche à la colonisation britannique.
- 1901 : Les frontières de la colonie sont fixées, le territoire Achanti ainsi que le nord du pays sont soumis et annexés à la colonie.
- 1922 : Une partie du Togo allemand, peuplée par les Éwé, est ajoutée à la colonie britannique. 
La Gold Coast fait l'objet d'une politique de valorisation économique constante. Politiquement, les Britanniques appliquent deux régimes différents. Tandis que la plupart du territoire est placée sous administration directe, le territoire Achanti et le Nord bénéficient d'une administration indirecte.
- 1925 : Sont organisées les premières élections en vue d'instaurer un conseil législatif des chefs. La vie politique ne se développe cependant qu'après la Seconde Guerre mondiale. Les Britanniques, confrontés à une agitation nationaliste incessante, adoptent des mesures favorisant l'autonomie interne, préalable à l'établissement progressif d'un État indépendant.
- 1951: Des élections législatives voient la victoire du parti de la Convention du peuple (Convention People's Party, CPP), fondé en 1949 par le docteur Kwame Nkrumah. Ce dernier, qui a été formé en Grande-Bretagne et aux États-Unis, prend la tête du gouvernement local. Il collabore avec les autorités britanniques pour préparer l'indépendance.
- Janvier 1957 : Proclamation de l'indépendance.
- 6 mars 1957 : Le nouvel État prend le nom de Ghana. Nkrumah entend ainsi rappeler le passé glorieux de l'Afrique Noire. Le Ghana entra dans les jours suivants aux Nations unies. 

Les années Nkrumah 

- 1er juillet 1960 : La République est proclamée. Nkrumah est élu président. Dirigeant charismatique du premier pays d'Afrique noire indépendant, il se fait le porte-parole du panafricanisme, seul capable, selon lui, d'éviter l'éclatement de pays artificiellement créés par la colonisation. Il ne parvient cependant pas à faire valoir ses thèses: l'union qu'il tente d'opérer entre le Ghana, la Guinée et le Mali est un échec. 
Figure du mouvement des non-alignés, il applique sur le plan économique une politique socialisante calquée sur la planification des États du bloc communiste. Elle conduit le pays à la faillite. Gardant un prestige certain à l'extérieur, Nkrumah est de plus en plus contesté pour sa gestion et ses méthodes autoritaires dans son pays. L'opposition est sévèrement bridée, ses principaux dirigeants sont emprisonnés sans jugement.
- 1961 et 1962 : Le gouvernement décrète l'état d'urgence.
- Fin 1963 : Nkrumah commence à limiter le pouvoir judiciaire.
- 1964 : Un régime à parti unique est instauré. 

L'après Nkrumah 

- 24 février 1966 : Nkrumah, qui se trouve en visite officielle en Chine, est chassé du pouvoir par un coup d'État militaire. Il trouve refuge en Guinée, mais ses partisans ghanéens sont arrêtés et les techniciens soviétiques et chinois qu'il a fait venir sont expulsés du pays. Les trois années suivantes, le Ghana est dirigé par un Conseil de libération national.
- 1969 : Le pouvoir est transféré, en vertu d'une nouvelle Constitution, à un gouvernement civil dirigé par Kofi Busia.
- 1972 : Kofi Busia est renversé par un nouveau coup d'État militaire mené par le colonel Ignatius Acheampong. Il suspend la Constitution, interdit toute activité politique et limite la liberté de la presse et les activités syndicales.
- 1974 : Allégement du contrôle militaire et création d'un conseil consultatif civil des affaires politiques, ainsi que d'un conseil de planification économique.
- 1978 : Acheampong est contraint de démissionner et de laisser la place au général Frederick Akuffo, qui demeure en fonction moins d'un an.
- 1979 : Un jeune lieutenant de l'aviation, Jerry Rawlings, prend le pouvoir. Acheampong et Akuffo, ainsi que plusieurs autres militaires de grade élevé sont accusés de corruption et exécutés.
- Septembre 1979 : Rawlings se retire en faveur d'un président civil élu, Hilla Limann.
- 31 décembre 1981 : La situation économique ne cessant de se dégrader, Rawlings reprend le pouvoir par un coup de force. 
Gouvernant en tant que chef du Conseil provisoire de défense nationale, Rawlings impose un plan d'austérité qui contribue à maîtriser l'inflation et à rallier les bailleurs de fonds occidentaux, ainsi que le FMI et la Banque mondiale. La production agricole s'améliore et Rawlings parvient à faire rééchelonner les dettes les plus pressantes.
- Décennie 1980 : Malgré sa popularité, le régime de Rawlings doit affronter plusieurs tentatives de coup d'État. 
- Avril 1992 : Après onze années de gouvernement autoritaire, une Constitution, approuvée par référendum, ouvre la voie au multipartisme. Rawlings, qui se présente en tant que civil, est élu président lors d'un scrutin pluraliste, en novembre de cette même année. Les élections législatives du mois suivant, boycottées par les quatre principaux partis d'opposition, assurent au parti présidentiel, le Congrès démocratique national, une majorité écrasante.
- Juin 1994 : Des contestations de territoires dans le nord du Ghana dégénèrent en violences ethniques opposant sept communautés différentes. L'état d'urgence est déclaré temporairement et un accord de paix est négocié entre les participants.
- 1995 : L'année est marquée par de violentes manifestations contre l'augmentation du coût de la vie. Elles sont durement réprimées par un régime qui démontre les limites de la démocratisation amorcée. 
- Décembre 1996 : Lors des élections générales, Rawlings est réélu à la présidence de la République et son parti, le Congrès démocratique national, remporte la majorité absolue des sièges à l'Assemblée nationale. Ces élections, les premières au cours desquelles les Ghanéens peuvent se prononcer sur la politique d'un gouvernement parvenu au terme de son mandat, sont jugées libres et équitables par les observateurs internationaux, et marquent un pas vers la démocratie dans le pays.

Si les années 1993-1998 ont été des années de croissance, le miracle ghanéen est demeuré fragile et le pays reste assisté. L'État a privatisé les mines d'or et laissé surexploiter la forêt pour assumer le remboursement de la dette et les dépenses courantes. La baisse des eaux en amont d'Akosombo a entraîné une grave pénurie d'énergie affectant également l'exportation vers le Ghana. La stabilité politique et la personnalité de Jerry John Rawlins ("JJ") ainsi que l'élection du Ghanéen Kofi Annan comme secrétaire général des Nations unies ont contribué à offrir du Ghana une bonne image à l'étranger. Par ailleurs, la disparition du roi des Ashanti Opoku Ware II en mars 1999 a montré l'importance que tiennent encore en Afrique les chefs traditionnels dans la vie sociale et politique.