Economie du Gabon

MONNAIE : Franc CFA (XAF) (1 € = 655,96 FCFA)

• PIB par habitant : 3 117.7 milliers de FCFA (2010) - 3 560.4 milliers de FCFA (2011)
• PIB nominal : 5 939.7 milliers FCFA (2010) - 6 952.6 milliers FCFA (2011)
• PIB nominal hors pétrole : 3 459.2 milliers de FCFA (2010) - 3 912.3 milliers de FCFA (2011)


Croissance économique, dont croissance secteurs non pétroliers :
• taux de croissance du PIB : 5,4% (2010) ; 4,3% (2011)
• taux de croissance du PIBHP : 5,8% (2010) ; 5% (2011)
• avec une inflation moyenne de + 7,6% ; 6,5% (2011)

Balance commerciale :
• exportations : 3 297,3 (2010) ; 3 965,3 (2011) en milliards de FCFA
• importations : 2 296,3 (2010) ; 2 450,4 (2011) en milliards de FCFA
• compte courant : 99 milliards de FCFA (2010) ; 133 milliards de FCFA (2011)
Investissement :
• Taux d’investissement (en 2009) : 33,7%

Sources de croissance économique
Production en 2009 :
• pétrole : 12,6 MT
• manganèse : 3,25 MT
• bois : 3 350 678 m3

Principaux partenaires commerciaux : Etats-Unis, Chine, France, Japon, Cameroun, Pays-Bas, Côte d'Ivoire

La filière bois :  La forêt gabonaise couvre 200 000 km², soit 85 % du territoire gabonais. Il s’agit du second potentiel forestier d'Afrique.

Plus de 400 essences d’arbres différentes, dont environ 80 sont exploitées
Potentiel marchand : 400 millions de m3 (dont 130 millions de m3 d’Okoumé)

Le couvert forestier : 22 millions ha
Potentiel exploitable : 12,5 millions ha
Les ¾ de la forêt sont donc exploitables

Production de grumes, sciages et dérivés

Production de grumes en 2009 :
Okoumé : 1 727 997 m3
Ozigo : 79 000 m3
Bois divers : 1 225 917 m3
Total : 3 032 914 m3

Sciages : Production de bois ouvrés en 2009 : 222 883 m3 dont 26 357 destinés au marché local.
Placages : Production de bois ouvrés en 2009 : 167 816m3 dont 6 847 destinés au marché local.
Contreplaqué : Production de bois ouvrés en 2009 : 72 697m3 dont 12 505 destinés au marché local

La filière bois est le 1er employeur du secteur privé.
Depuis le 1er janvier 2010, le Gabon interdit l’export des grumes pour favoriser la transformation locale du bois.

La Charte des investissements

Par cette charte des investissements, la République gabonaise réaffirme son engagement dans une stratégie de développement économique et social basée sur l’épanouissement du secteur privé.
La charte consacre une nouvelle définition du rôle de l’Etat agissant en partenariat avec le secteur privé. Elle énonce les objectifs et les mécanismes mis en oeuvre pour favoriser l’investissement, l’expansion des entreprises et des activités individuelles sans discrimination selon l’origine de l’investisseur entrepreneur ou le secteur d’activité dans lequel il opère.
Dans certains secteurs d’activité, notamment ceux liés à l’exploitation et à la transformation des ressources naturelles, des codes spécifiques viennent compléter la présente charte des investissements au regard des dispositions techniques et financières particulières adoptées pour ces secteurs. Le cadre institutionnel, les textes législatifs et réglementaires ont été adaptés pour atteindre l’objectif de modernisation, de simplification et de clarté devant faciliter l’activité économique et assurer sa régulation de façon transparente et équitable.

Le Code Forestier

Adopté en décembre 2001, le code forestier fixe un cadre contractuel. Il s'est imposé de plein droit aux exploitants dès 2005.
Il encourage : 
• L'aménagement durable des forêts ; 
• L'industrialisation de la filière bois ; 
• La conservation durable des ressources ; 
• Une plus forte implication des communautés locales dans la gestion des ressources considérées. 
L'octroi d'une Concession Forestière sous Aménagement Durable (CFAD) suppose : 
1. l'analyse du permis et de son environnement (cartographie, inventaire d'aménagement, diagnostic écologique, enquêtes socio-économiques...),
2. les décisions d'aménagement (division du permis zone d'aménagement, de production, d'intérêt écologique, scientifique etc.),
3. la planification de l'exploitation dans la série de la production (rythme des abattages, niveau des prélèvements par essence, méthodes d'exploitation, fixation des paramètres d'aménagement...),
4. la fixation des mesures d'accompagnement dans une perspective de développement durable (promotion des méthodes d'exploitation à faible impact, techniques d'inventaires, cartographie).

Chambre de Commerce d'Agriculture d'Industrie et des Mines du Gabon (CCAIMG)
BP. 2234 Libreville - GABON
Tél. : +241 72 20 64 / 76 22 48 - Fax : +241 74 12 20
E-mail : [email protected]