Conseils Santé en Ethiopie

Conseils généraux : Addis Abeba est une capitale aux structures médicales très modestes, suffisantes cependant pour les soins courants. Sa situation géographique exceptionnelle (altitude élevée 2500 m, températures modérées et hygrométrie élevée) fait que l'ambiance sanitaire y est relativement bonne. Les conseils qui vont suivre vous aideront à mieux préparer votre départ, et votre arrivée à Addis Abeba.

Assurance assistance : Souscrivez impérativement un abonnement d‘assistance.

Protection sociale : II est important de vérifier votre couverture d’assurance maladie auprès des services 
de la sécurité sociale française (ou d’une assurance privée). Pour les personnes travaillant dans le secteur privé, vérifiez que votre assurance couvre à la fois les frais engagés à l’étranger et les frais lors des séjours en France.

Vaccinations : Seule celle contre la Fièvre Jaune est exigée à votre arrivée, mais n‘est en fait pas contrôlée par les services de l’immigration. Cette vaccination est pratiquée dans un centre de vaccinations agréé. La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, tout comme les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B. La vaccination contre la rage (présence de nombreux chiens errants) est réservée à ceux qui seront loin de la capitale, en contact avec des animaux.
Vérifiez aussi que les vaccinations contre le tétanos et la poliomyélite sont à jour.
II est préférable d'être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + W135 (pouvant affecter les personnes en contact avec des pèlerins de retour de La Mecque).

La protection contre le Paludisme Il n’y a pas de paludisme à Addis Abeba, mais on observe une forte endémie en dessous de 2 000 mètres d'altitude, a fortiori près des lacs. La région des lacs de Langano, Ziway et Tana, pour ne citer que ces lieux connus, sont des zones où il est possible de contracter le paludisme.
La prévention chimique consiste a se protéger d’un éventuel paludisme, en zone infectée, par la prise de médicaments (Malarone, Mefloquine). La vie à Addis Abeba ne présente pas de risques importants. Il convient toutefois de respecter les conseils élémentaires qui vont suivre.

Les conseils d’hygiène : L'eau du robinet doit être désinfectée par du chlore (Hydroclonazone ou MicroPur) ou traitée par filtration totale (des filtres à eau peuvent être acquis sur place). Cependant, on trouve partout de l'eau minérale en bouteille.
Les aliments crus doivent être lavés (permanganate de potassium ou Milton), ou épluchés, et cuits chaque fois que possible. Les viandes crues exposent a la trichinose (parasitose intestinale) et certains poissons à l’ichtyotoxisme ou a l’anisakiase (ces vers peuvent se trouver dans des poissons mal cuits). Ces parasites, assez anodins, peuvent occasionner plus tard de graves problèmes de santé s'ils n‘ont pas été traités.
Le contact avec les eaux douces stagnantes, qu'elles qu’en soient les modalités, exposent à la bilharziose ou schistosomiasis (parasitose viscérale due à des vers). Dans certaines zones d'Addis (Cazanchis par exemple), il est recommandé de circuler avec des chaussures couvrantes. Des cas de typhus ont été signalés chez des français.
Les relations sexuelles avec des partenaires occasionnels, a fortiori s’il s'agit de prostituées, sans préservatif, exposent aux maladies vénériennes et à l’infection par le HIV.
II faut prévoir et utiliser des crèmes solaires avec de forts indices de protection. Nous sommes à 2 500 mètres d’altitude et parfois plus haut (3 000 mètres à Entoto au-dessus d’Addis Abeba).

Bilan Médical : Celui-ci est indispensable pour les personnes atteintes d’affections de longue durée. Consultez votre médecin, et prévoyez une certaine réserve de médicaments, surtout s’ils se présentent sous forme liquide.
Pour les personnes en bonne santé, un bilan doit être réalisé lors des retours en France tous les 1 à 2 ans.

d'après Guide médical ADFE 2010