Economie de Djibouti

L'aide financière de la France et la présence de 4 000 soldats fournissent environ 60 % des ressources de Djibouti ; la base française assure directement et indirectement près de la moitié des rentrées du budget national. Des prêts arabes et européens ont permis de moderniser les routes (3 067 km, dont 300 km bitumés), les installations portuaires et ferroviaires (106 km de la ligne Djibouti-Addis-Abeba) et de protéger Djibouti des inondations.

Djibouti n'exporte aucun produit agricole. Le déficit de la balance agricole est donc égal au montant des importations (16,6 % du PNB). Les déplacements des bovins, ovins et caprins des Afars et des Somalis vers les pâturages de l'Awash, en Éthiopie, et du Hawd, en Somalie, sont limités par les frontières. Les caravanes, qui partaient vers l'Éthiopie, ont été supplantées par le chemin de fer construit à partir de 1897. Une active contrebande sévit entre la zone franche et le Harer, fournisseur du khat, stupéfiant dont l'usage est répandu chez les Djiboutiens.
Monnaie : le franc de Djibouti (DJF) (voir : Billets de Banque de Djibouti)
PNB (1997) : 500 millions de $.
PNB/habitant : 790 $.
Dette extérieure (1997) : 284 mi]lions de $.
Importations (1997) : 209 millions de $.
Exportations (1997) : 43 millions de $.
Agriculture : 4 % du PIB en 1997.
Les possibilités de développement sont limitées. Le pays ne dispose que de 6 000 ha cultivables, soit 0,26 % du territoire.
Productions (1998) : 21 000 t. de légumes, 1 000 t. de tomates, melons et pastèques.
Cheptel : 507 000 caprins, 470 000 ovins, 190 000 bovins, 62 000 camélidés, 8 000 ânes.
Pêche (1996) : 350 t. de poissons.
Mines et industries : 21 % du PIB en 1997.
Gisements de sel ; activités industrielles limitées aux secteurs de l'énergie, du bâtiment et du traitement de la viande ; artisanat (travail du cuir, vannerie, bijouterie).
Électricité (1996) : 175 millions de kwh.
Tourisme (1998) : 20 000 touristes ont rapporté 4 millions de $ de devises.
Communications et services :
- Port franc (1 ,2 million de t. manutentionnées en 1998)
- Aéroport international de Djibouti
- Chemin de fer vers Addis Abeba (Ethiopie)
- Banques, télécommunications internationales, administration publique (plus de 25 % du PIB).
- Parc automobile (1996): 17 véhicules pour 1 000 habitants.
- Téléphone (1996) : 13 lignes pour 1 000 habitants.
- Télévision : 73 postes pour 1 000 habitants.