Economie du Congo

Gare de Pointe Noire

Le Congo figure dans le groupe de tête des pays africains exportateurs de pétrole, derrière l’Angola, le Nigéria, et la Guinée Equatoriale. Le pétrole représente près de 90% des recettes d’exportations et les 2/3 du PIB. La production devrait atteindre en 2011 un pic, avec 350 000 b/j. Cette performance ne pourra être maintenue qu'au prix de lourds investissements d'optimisation des infrastructures existantes et d'équipement des nouveaux champs en mer profonde. 
L’agriculture (moins de 4% du PIB), la sylviculture (1%) et l’industrie manufacturière (5%), restent des secteurs marginaux. Ils peuvent cepen-dant être importants au niveau local,  à l’instar des exploi-tations forestières dans le nord et de l’industrie para-pétrolière à Pointe Noire. Pour une population qui avoisine les quatre millions d’habitants, dotés d'un PIB per capita de plus de 3 000 dollars, le Congo demeure toutefois mal classé tant en matière de développement humain que de climat des affaires. 
La forte croissance atteinte en 2010, supérieure à 9%, demeure essentiellement pétrolière. Elle devra à l'avenir être alimentée par de nouvelles activités, et par la promotion du secteur privé formel. Le développement rapide des industries alimentaires, du BTP et de certains services de téléphonie mobile et de transport, donne une idée du potentiel du Congo. Allégé du fardeau de sa dette extérieure, le pays s'est engagé dans la reconstruction et la modernisation de ses infrastructures, énergétiques et de transport en premier lieu. D'ici quelques années, il devrait être en mesure de jouer un rôle stratégique au sein de la région d'Afrique Centrale, en restaurant et modernisant son corridor de transports entre Brazzaville et Pointe Noire. 
La reconstitution en cours du réseau routier permettra de stimuler des activités agricoles et minières actuellement en sommeil. Les départements du Pool, autour de la capitale, et de la Bouenza, plus au sud, faisaient du pays un véritable grenier céréalier de la région. L'exploitation des ressources minières, longtemps privées de nouvelles explorations devraient également repartir, comme le soulignent plusieurs projets d'exploitation de cuivre-plomb-zinc, de fer et de potasses.

MONNAIE : Franc CFA (XAF) (1 € = 655,96 FCFA) (voir :  Billets de Banque de l'A.E.F. et CFA de l'Afrique Centrale)
PIB NOMINAL  (2009) : 
9,5 milliards USD
PIB par secteur (2006) :  
Agriculture : 5,6 %, Industrie : 57,1 %, Services : 37,3 %

Le Congo est situé au coeur du Bassin du Congo, deuxième poumon écologique du monde, après l'Amazonie. La forêt congolaise s'étend sur une superficie de 22 200 000 ha soit 60% du territoire national. Il s'agit du deuxième plus grand massif forestier d'Afrique, après celui de la République Démocratique du Congo.

SECTEUR PRIMAIRE

PRINCIPALES PRODUCTIONS : Pétrole, Bois, Rondius d'eucalyptus, sucre de canne.

  • L'AGRICULTURE : bien qu'elle offre de réelles potentialités n'occupe qu'une place réduite dans l'économie congolaise. Les principales productions vivrières sont : le manioc, les bananes plantains, le tarot, les céréales, haricots, arachides, pomme de terre. Les grandes cultures industrielles sont la canne à sucre et l'eucalyptus.
  • LA PECHE : le Congo dispose d'une ZEE (Zone Economique Exclusive) qui s'étend sur environ 60.000 km². Le potentiel halieutique assez mal connu serait d'environ 84 000 tonnes. Les crevettes sont exclusivement destinées à l'exportation et les produits de la pêche maritime industrielle sont vendus frais ou congelés sur les marchés nationaux. La pêche continentale assure une production d'environ 32.000 tonnes de poissons et est assurée par 13 000 petits pêcheurs.
  • LA FILIERE BOIS est le second poste à l'exportation du Congo. La forêt congolaise couvre plus de 20 millions d'ha, soit près de 60 % de la surface totale du pays. Les forêts artificielles couvrent plus de 50 000 ha de plantations d'arbres à croissance rapide en savane, situées principalement dans la région de Pointe-Noire. Les forêts d'eucalyptus couvrent 43.000 ha.
  • LE PETROLE : le secteur pétrolier génère en moyenne 60% du PIB nominal (29% en termes du PIB réel). La production 2008 : 243.835 barils/jour. Après une forte diminution en 2007, la production pétrolière a progressé de 6,4% en 2008, en raison de la mise en exploitation de nouveaux gisements. La production attendue en 2009 devrait atteindre 13,7 millions de tonnes.

SECTEUR SECONDAIRE : Grâce au programme d'investissement du secteur privé, les industries ont drainé 0,70% d'augmentation du section secondaire en 2008. La participation du secteur BTP à la croissance est également restée positive (+ 0,2%).

SECTEUR TERTIAIRE :  
La position géographique et ses différents systèmes de transports (transports fluviaux, port maritime, chemin de fer, pistes et routes) font du Congo un pays de transit.

  • LE RESEAU FERROVIAIRE : la voie ferrée exploitée par le CFCO (Chemin de Fer Congo Océan) est de 510 km et compte 48 gares ; la réhabilitation de la ligne ferroviaire BRAZZAVILLE/POINTE NOIRE progresse dans le cadre d'un plan d'urgence, mais n'est pas encore finalisée.
  • LE PORT de Pointe-Noire est situé sur la côte atlantique. Les conditions océaniques et climatiques font du port de Pointe-Noire un port facile d'accès et son trafic se répartit entre deux sites maritimes : le port public où sont regroupés le trafic de marchandises diverses, ainsi que le trafic de la pêche et celui des navires de servitude de la recherche et de production pétrolière offshore et le terminal pétrolier de Djéno.
INFRASTRUCTURES AEROPORTUAIRES
  • Brazzaville (Maya Maya)
  • Pointe-Noire (Agostino Neto)
Les 27 aérodromes sont gérés par l'Agence Nationale de l'Aviation Civile (ANAC). Les dégradations subies par l'aéroport de Brazzaville lors des conflits armés ont été en partie réparées.

LE SECTEUR BANCAIRE : le système bancaire était constitué (fin 2008) de 6 établissements de crédit :
  • le Crédit du Congo (ex Crédit Lyonnais racheté par le Crédit Agricole)
  • la BGFI Bank Congo
  • la Congolaise des Banques
  • Banque Commerciale Internationale
  • ECOBANK
  • Banque de l'Habitat.
COMMERCE EXTERIEUR : 

Exportations (2008) : 9,009 milliards US$
Biens exportés pétrole brut (93 %), bois, sucre, café, diamants...
Importations  (2008) : 2,722 milliards US$
Biens importés produits intermédiaires, produits manufacturés, matériaux de construction, produits agro-alimentaires, produits dérivés du pétrole...


Chambre de Commerce, d'Industrie, d'Agriculture et des Métiers de Brazzaville (CCIAM)
BP 92 Brazzaville
République du CONGO
Tél./Fax : 242.81.16.08
(Source : Maison de l'Afrique)