Protection des Gorilles au Congo Démocratique

Le Parc National de Kahuzi-Biega, situé dans la province du Sud-Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo,frontalière avec le Burundi, et  le Rwanda, « PNKB » en sigle fut créé le 30 novembre 1970.

Il était auparavant une réserve forestière mais en raison de la présence de gorilles, une espèce rare et menacée d’extermination par les braconniers, il fut érigée en Parc National.

Protection du Gorille au Congo Démocratique

SITUATION ECOLOGIQUE

 Le parc national de Kahuzi-Biega est situé sur le versant des montagnes de l’est du pays. Son altitude varie entre 900 et 3 300 m (Mont Kahuzi 3 300 m et le mont Biega, 2 700m).
La région possède un climat montagneux avec une période sèche pendant les mois de juin, juillet et août ainsi qu’une saison de pluies pendant les mois de septembre à mai.


Protection du Gorille au Congo Démocratique

La situation géographique, les reliefs et les précipitations énormes résultent dans une grande variété des types de végétations.

Ils varient entre la végétation adaptée  à la haute altitude, (bruyères, végétation marécageuse et végétation herbeuse), les forêts des montagnes et celles de basse altitude (forêt ombrophile).

La forêt de bambous couvre 37% de la superficie originelle, vient ensuite la forêt primaire de montagne 28%, la forêt secondaire de montagne (20%), et enfin les marécages (7%).
La grande variété des végétations et des reliefs a comme conséquence une grande variété de la faune. Les parc est presque essentiellement forestier. C’est la raison pour laquelle nous trouvons  des espèces particulièrement adaptées  au milieu forestier hydrophile.
Les grands mammifères incluent les chimpanzés, les gorilles,… une grande variété de singes (colobes ; cercocèdes, cercopithèques, ) des hylochères et des potamochères, diverses espèces de cephalophes et d’antilopes (le bongo et le guib harnaché).

Les carnivores sont représentés par léopard et diverses espèces de prédateurs (genettes, mangoustes, chats, servals). Il existe aussi une grande variété d’oiseaux.

LES GORILLES

Comme signalé ci-haut, l’espèce qui a milité à la création du parc est sans nul doute le gorille.

Dans la systématique zoologique, il est bon de détailler les trois espèces de ces anthropoïdes.

- Le gorille d’Ouest (Gorilla gorilla gorilla) qui se trouve au Gabon, auCameroun, en Guinée Equatoriale, et auCongo. Les fleuves Congo, et Ubangui en constituent leurs limites à l’est.

- Le gorille d’est ou des plaines (gorilla gorilla graueri)  qui se trouvent à l’est de la République Démocratique du Congo,  entre la rive gauche du fleuve Congo,  et les montagnes de l’est  de la République Démocratique du Congo(parc de la Maiko, Parc National de Kahuzi-biega), entre Lubutu au Nord-Ouest et Lubero au Nord-est jusqu’à Fizi au sud (Mont Itombwe).

Protection du Gorille au Congo Démocratique

- Le gorille de montagne (gorilla gorilla beringei)
On ne le trouve que dans les volcans des virunga en République Démocratique du Congo,  au Rwanda et en Ouganda.

Les familles des gorilles du PNKB

Le gorille de l’est, notamment celui des montagne est inventorié parmi les espèces rares et en voie d’extinction. Le gorille se présente  donc comme une espèce vulnérable  dans le Red Data Book établi par l’UICN. 
Etant donné que cette région a connu d’intenses mouvements de braconnage en raison de la guerre ayant duré plus de 5 ans (impliquant  directement ou indirectement plusieurs pays), les familles des gorilles touristiques ont été les grandes victimes.
Nous citerons les groupes Mushamuka, Maheshe, Nindja,  et Mubalala.

Néanmoins, avec le concours de certaines agences du système desNations Unies, et Ong internationales impliquées dans le secteur de l’environnement, tels  que  UNESCO,GTZDiane Fossey Gorilla Fund Europe,   connue actuellement sous la dénomination de Gorillas Organization (Gorillas Org), le WCS  et le WWF PCKB, certaines familles ont été sauvées de ces mouvements de braconnage et peuvent être visitées aujourd’hui  en toute quiétude, car elles demeurent touristiques, donc habituées à la présence humaine. Ces organisations précitées ont appuyé les vaillants gardes qui ont accepté parfois de se sacrifier pour sauver la vie de ces gorilles.

Les salaires,  les véhicules, les  tenues et  autres équipements de campagne sont supportés par ces Ongs, même si elles n’arrivent pas à satisfaire  tous les besoins  nécessitant ces interventions.

Au Parc National de Kahuzi-Biega, se rencontre le Gorilla Gorilla graueri  qui est la plus grande sous-espèce communiquée précédemment.
Les inventaires de ces anthropoides sont effectués souvent  au PNKB par l’Ong internationale WCS.
Le Parc National de Kahuzi-Biega dispose pour le moment de deux familles touristiques dont la famille Mugaruka, de 10 individus (membres), et la famille Chimanuka, 19 individus.
Il y a d’autres familles qui sont en cours d'accoutumance à la présence humaine dont Mufanzala, Langa, Birindwa, Mpungwe, et Ganywamulume.
Tous ces noms appartenaitent, soit aux courageux gardes, soit aux personnalités qui ont milité pour la protection de ce parc à l’instar de Mankoto, l’ancien conservateur mort en 2004 à Kinshasa, après avoir  travaillé pendant  plus d’une décennie au PNKB.

EXCURSION AU PARC NATIONAL DE KAHUZI- BIEGA

Le tourisme au PNKB, est un moment agréable et inoubliable qui place l’homme dans une nature originelle, en présence de nombreuses espèces de la faune et de la flore.

Les gorilles sont très mobiles et se déplacent suivant la disponibilité et l’abondance de la nourriture du lieu. Ils sont localisés la veille par les gardes afin de pouvoir les apercevoir lors de l’excursion.
Celle-ci se fait à pied, en compagnie des gardes et pisteurs dont certains sont des pygmées connaissant parfaitement la forêt.

Certaines instructions sont à suivre lors de la visite :

- Ne pas reculer au moment de la charge de mâle dominant « silverback », lors de "l'accueil" des visiteurs (touristes).
- Il  n’est pas conseillé d’imiter les gestes du gorilles car  l’animal peut considérer cette attitude comme de la provocation et aussi, il est strictement intedit de manger ou de fumer en présence des gorilles. Ces animaux étant des primates comme l’homme,  avec des gênes semblables, il y a risque de transmission de  maladies telles que la tuberculose, la typhoide….

Désiré  LUBAGO  NENDAKA
Directeur-Editeur
Président National du Club des  Amis de la Nature
RDC   
              

Crédit Photographique : Andrew et Redmond