Histoire de l'Afrique du Sud

L'histoire de l'Afrique du Sud est très riche et très complexe du fait de la juxtaposition de peuples, de cultures et d'ethnies différentes depuis la Préhistoire. La culture des Bochimans y est présente depuis au moins 25 000 ans et celle des Bantous, 2 500 ans. Les deux cultures auraient, selon des sources limitées à l'archéologie, généralement cohabité paisiblement. L'histoire écrite débute avec l'arrivée des Européens, d'abord avec les Portugais qui décident de ne pas coloniser la région, laissant la place aux Néerlandais. Les Britanniques contestent cette situation vers la fin du XVIIIème siècle, ce qui conduisit à deux guerres. Le XXème siècle est marqué par la montée et la chute du régime ségrégationniste de l'apartheid.

• 1913 :
loi attribuant aux Blancs 87 % du territoire. Les Noirs ne peuvent être propriétaires que des 13 % restants.
• 1918 :
naissance de Nelson Mandela dans le Transkei appartenant au clan Thembu (Xhosa). Premier acte d'insoumission, Nelson Mandela refuse de présenter ses excuses après une grève ; il est exclu de l'université. Il rejoint dans la foulée Johannesburg et s'inscrit comme militant de l'African National Congress (ANC).
• 1944 :
une loi interdit aux Noirs l'accès à la formation professionnelle.
• 1948 :
accession au pouvoir du Parti national afrikaner et institution de l'Apartheid.
• 1949 :
vote d'une loi interdisant les mariages mixtes.
• 1952 :
loi obligeant les Noirs à se munir d'un laissez-passer pour se déplacer.
• 1953 :
interdiction du "mélange social" dans les lieux publics, moyens de transport, les écoles et universités. Certains emplois sont réservés aux Blancs et les Noirs sont privés du droit de vote.
Les Noirs sont regroupés dans des régions particulières, les Bantoustans. 
Une loi interdit aux Noirs les universités réservées aux blancs.
Massacre de Sharpeville. La police tire sur la foule qui manifestait contre l'Apartheid, faisant 67 morts. L'état d'urgence est déclaré ; l'ANC interdit.
Albert Luthuli, Président de l'ANC reçoit le prix Nobel de la Paix.
Retrait du Commonwealth et proclamation de la République d'Afrique du Sud.
• 1962 :
arrestation de Nelson Mandela, leader de l'ANC (libéré en 1990).
• 1964 :
les Nations Unies adoptent des sanctions économiques contre l'Afrique du Sud. Nelson Mandela est condamné à la prison à perpétuité.
• 1966 :
L'ANC s'engage dans la lutte armée.
• 1968 :
L'Afrique du Sud est exclue des Jeux Olympiques.
• 1970 :
le Bantou Homeland Citizenship Act prive les Africains de tout droit en Afrique du Sud blanche, hormis dans les Bantoustans.
• 1972 :
autonomie du KwaZulu (Bantoustan), sous la direction de Mangosuthu Buthelezi.
• 1975 :
Mangosuthu Buthelezi prend la tête de l'Inkatha, mouvement culturel zoulou (les partis politiques africains sont interdits).
• 16 juin 1976 :
Emeutes de Soweto qui déclenchent des grèves et révoltes dans tout le pays.
De nombreux jeunes opposants rallient le combat contre l'Apartheid.
• 1978 :
Pieter Botha devient Premier ministre.
• 1984 :
révolte dans les townships (cités noires). Pieter Botha devient Président de la République.
L'archevêque anglican du Cap, Desmond Tutu, reçoit le prix Nobel de la Paix.
• 1985 :
la police tire sur la foule qui commémore le massacre de Sharpeville: 21 morts. Nouvelles émeutes.
• 1986 :
l'état d'urgence est déclaré.
• 1989 :
Frederik de Klerk, qui succède à Pieter Botha, annonce des négociations avec l'ANC.
• 1990 :
Frederik de Klerk lève l'interdiction des partis politiques.
Février : libération de Nelson Mandela après vingt-sept années de prison.
Août : Nelson Mandela persuade l'ANC de suspendre la lutte armée.
Octobre : Frederik de Klerk engage les premières mesures d'abolition de l'Apartheid.
Les lois ségrégationnistes sont abrogées au fur et à mesure.
Décembre : ouverture des négociations multiraciales chargées d'élaborer une nouvelle Constitution Démocratique. Abolition des dernières lois ségrégationnistes.
Violences entre partisans de l'ANC et ceux de l'Inkatha, le mouvement de Buthelezi qui reçoit le soutien occulte des forces hostiles au démantèlement de l'Apartheid.
• Mars 1992 :
68,7% des Blancs apportent, par référendum, leur soutien à la politique d'ouverture du président Frederik de Klerk.
• Septembre 1993 :
Nelson Mandela demande, lors d'un discours à la tribune des Nations Unies, la levée de l'embargo sur l'Afrique du Sud.
• Octobre 1993 :
Nelson Mandela et Frederik de Klerk reçoivent le prix Nobel de la Paix.
• 1994 :
réintégrations des Bantoustans dans l'Afrique du Sud.
Avril : premières élections multiraciales qui donnent la majorité à l'ANC ; Nelson Mandela devient le premier Président noir de la nouvelle démocratie d'Afrique du Sud.
• 1995 :
abolition de la peine de mort.
• 1996 :
ouverture des travaux de la Commission Vérité et Réconciliation ; Frederik de Klerk quitte le gouvernement d'union nationale.
 
Entrée en vigueur de la première constitution post-Apartheid.
 
Thabo Mbeki succède à Nelson Mandela comme Président de l'ANC.
• Juin 1999 :
Thabo Mbeki devient Chef de l'Etat, succédant à Nelson Mandela.
• Décembre 2000 :
élections municipales. l'ANC remporte 170 municipalités, le parti zoulou Inkatha 36, et l'Alliance Démocratique 18.
• Mars 2003 :
Cinq ans après le début des audiences, la Commission Vérité et Réconciliation remet son rapport final. Ayant entendu plusieurs dizaines de milliers de personnes, la Commission a accordé une amnistie aux auteurs des violations des droits de l'homme qui ont reconnu leurs crimes.
• 2004 :
10ème anniversaire de la démocratie et de la liberté en Afrique du Sud
• 2009 :
Jacob Zuma devient le nouveau président sud-africain en mai.
• 2010 :
L'Afrique du Sud accueillera et organisera la coupe du monde de football. (Soccer World Cup)
* 3 avril 2010
Assassinat d'Eugène Terreblanche, leader de l'extrême droite.
* 10 juin-11 juillet 2010
Organisation de la Coupe du monde de football, pour la première fois sur le continent africain.
* 6 septembre 2010
Suspension, après trois semaines de mouvement, de la grève dans la fonction publique (1,3 million de grévistes).
* 27 octobre 2011
Election de Lindiwe Mazibuko, députée noire, à la présidence du groupe parlementaire de l'Alliance démocratique (DA).
* 10 novembre 2011
Suspension de Julius Malema pour cinq ans de l'ANC, pour avoir "semé la discorde au sein du parti et violé ses règles".
* 8 janvier 2012
Centenaire de l'ANC.
* 29 février 2012
Exclusion de Julius Malema de l'ANC.
* 10 août-19 septembre 2012
Grève des 3 000 mineurs de la mine de platine de Marikana, dans le nord-ouest du pays.
16 août 2012
Fusillade de la police contre les mineurs grévistes de Marikana (44 morts).
10 septembre-18 octobre 2012
Grève dans la mine d'or de KDC West dans la banlieue de Johannesburg, exploitée par Gold Fields ; le 25 septembre, le mouvement s'étend à la mine Beatrix dans la province de l'Etat libre.
12 septembre 2012
Début des grèves dans les mines de platine de la région du Rustenburg, exploitées par le groupe Anglo American Platinum (Amplats).
25 septembre 2012
Début des grèves dans les mines d'or exploitées par AngloGold Ashanti.
23 octobre 2012
Gold Fields licencie 8 500 mineurs grévistes.

RETOUR

 

Précolonisation

L'histoire précoloniale est difficile à relater en raison notamment de l'absence de documents écrits et de la difficulté à dater des évènements s'étant déroulés sur un vaste territoire, peu peuplé, inconnu autrefois des civilisations maîtrisant l'écriture. Par conséquent, l'histoire de ce pays n'a longtemps relaté que les évènements postérieurs aux premières explorations européennes. Depuis une vingtaine d'années seulement les historiens prennent réellement en compte les découvertes des archéologues pour tenter de retracer la période précoloniale de l'Afrique du Sud.

Menu

Préhistoire

De nombreux fossiles trouvés en 1998 dans les grottes de Sterkfontein, Kromdraai et Makapansgat indiquent que des hominidés australopithèques vivaient sur le plateau Highveld il y a environ 3 millions d'années. Il est admis que Homo sapiens, l'humain moderne, a remplacé l'hominidé Homo erectus il y a 100 000 ans. Des fossiles controversés trouvés à l'embouchure de la rivière Klasies, dans la province du Cap-Oriental, indiqueraient que "l'humain moderne" vivait en Afrique du Sud il y a 90 000 ans.

Ces premiers habitants développèrent la culture des Bochimans, dont la présence serait établie entre 40 000 et 25 000 ans. C'est donc la plus vieille culture au monde ayant continuellement existé, avec celle des Aborigènes d'Australie. Les Bochimans étaient d'abord des chasseurs-cueilleurs nomades qui avaient un tel lien avec la nature qu'ils n'ont, selon la terminologie actuelle, laissé presque aucune empreinte écologique à part des peintures rupestres. Il y a environ 2 500 ans, certains Bochimans se procurèrent du bétail issu des régions situées au nord, ce qui peu à peu transforma leur mode de vie économique et de chasseurs-cueilleurs ils devinretnt éleveurs. Cette évolution introduisit les notions de richesse personnelle et de propriété dans leur société et en solidifia les structures.

Les Khoïkhoï, des Bochimans pastoraux, se déplacèrent vers le sud, rejoignant le lieu aujourd'hui nommé Cap de Bonne Espérance. Ils continuèrent à occuper davantage les côtes, tandis que les Bochimans, nommés San, restèrent à l'intérieur des terres. Leurs liens étaient toutefois étroits et le mélange des deux cultures donna lieu à celle des Khoïsan.

Menu

Expansion des Bantous

En même temps que les Khoïkhoï, apparurent des peuples Bantous en provenance du nord-ouest, plus précisément du delta du Niger. Ces peuples de l'Âge du fer, agriculteurs et éleveurs, auraient commencé leur migration vers -1000 pour atteindre l'actuelle province du KwaZulu-Natal vers 500. D'autres descendirent la rivière Limpopo vers le IVème ou le Vème siècle de notre ère pour parvenir vers le Xème siècle dans l'actuelle province du Cap-Oriental. Leur migration ne fut pas massive et se fit par petites vagues, déplaçant cependant des populations de chasseurs-cueilleurs.

Les Bantous étaient non seulement des éleveurs mais aussi des agriculteurs, maîtrisant entre autres cultures, celle du blé. Ils travaillaient aussi le fer et vivaient dans des villages. Ils sont les ancêtres des peuples parlant les langues nguni : xhosa, zoulou et diverses autres langues tribales.

Les deux cultures auraient, selon des sources limitées à l'archéologie, généralement cohabité paisiblement. Toujours est-il qu'on peut observer une intégrations d'éléments des cultures Khoïsan et Bantoue. Outre les artéfacts archéologiques, la linguistique révèle que le "clic" caractéristique des Khoïsan a été incorporé dans plusieurs langues bantoues.

Menu

L'arrivée des Européens

L'histoire écrite débute avec l'arrivée des Européens. C'est le 3 février 1488, à Mossel Bay que débarque pour la première fois sur ces rives un équipage européen à la recherche d'une nouvelle route vers l'Inde et l'Asie, commandé par le Portugais Bartolomeu Dias. Ils nomment le cap "Cabo da Boa Esperança", nom portugais du Cap de Bonne Espérance.

Le 25 décembre 1497, un autre navigateur portugais, Vasco da Gama, explore la côte sud du continent et baptise l'une des régions côtières du nom de Natal (Noël en portugais). En 1498, il contourne l’Afrique et pousse au nord-est, explorant des régions de l'actuel Mozambique, avant de se diriger vers l'Inde. Les côtes n'étant par propices à l'accostage et des tentatives d'échanges avec les Khoïkhoï s'étant révélées propices aux conflits, les Portugais jettent leur dévolu sur la région du Mozambique. Celle-ci offre en effet de meilleurs points d'accostages, en plus de ressources naturelles intéressantes, dont certains fruits de mer et des gisements d'or.

Le naufrage, en 1647, du navire hollandais, le Nieuw-Haarlem, dont les rescapés survécurent un an au pied de la montagne du Cap, incite les Néerlandais à créer en cet endroit un point de ravitaillement. C'est ainsi que la Compagnie néerlandaise des Indes orientales envoie Jan van Riebeeck pour y installer une base fortifiée.

Le 6 avril 1652, Jan van Riebeeck débarque au pied de la Montagne de la Table, avec quatre-vingts hommes à bord du Drommedaris pour créer une « station de rafraîchissement », destinée à fournir de l'eau, de la viande, des légumes et des fruits frais aux équipages affaiblis par le scorbut après quatre mois de mer. Ce territoire était délimité par une haie d'amandes amères dont on retrouve la trace dans les jardins botaniques de Kirstenbosch. Le château fort pentagonal de Bonne-Espérance, le plus vieux monument du pays, est construit entre 1666 et 1670.

La péninsule était alors habitée par quelques tribus de chasseurs aborigènes Khoi et San que les Hollandais baptisèrent du nom de Hottentots (bégayeurs). Des relations commerciales se nouèrent avec eux. Les bochimans échangèrent leur bétail contre toutes sortes d’objets manufacturés hollandais. Mais une partie d'entre eux fut néanmoins décimée par la variole apportée par les Européens.

Les premiers temps furent difficiles pour les colons hollandais. Dix-neuf d'entre eux ne passèrent pas le premier hiver.

En 1657, van Riebeeck recommanda que les hommes libérés de leurs obligations vis-à-vis de la compagnie, soient autorisés à commercer et à s'installer comme colons. En février 1657, les premières autorisations d'établissement sont délivrées à neuf (ex-)salariés de la compagnie. La même année, une première cargaison d'esclaves en provenance de Batavia et de Madagascar arrive au Cap.

Entre 1657 et 1667, plusieurs expéditions furent organisées pour reconnaître l'intérieur des terres. Quand van Riebeeck quitta le territoire en 1662, le comptoir commercial du Cap comptait 134 salariés de la Compagnie des Indes Orientales, 35 colons libres, 15 femmes, 22 enfants et 180 esclaves importés d'outre mer.

En 1679, Simon van der Stel est nommé commandeur de la ville du Cap. Le territoire qu'il doit administrer s'étend alors de la région de Muizenberg sur l'océan Indien aux montagnes de Steenberg et de Wynberg.

Il entreprend de développer cette région en concédant des terres aux colons néerlandais, c'est-à-dire les Boers, afin de développer les cultures et fait planter plus de huit mille arbres.

En 1685, le groupe de 800 colons est rejoint par 200 huguenots chassés de France par la révocation de l'édit de Nantes. Simon van der Stel leur concède des terres riches en alluvions dans la vallée d'Olifantshoek et de la rivière Berg, protégées des vents du large par un grand cirque rocheux, pour y développer la viticulture. Ils créent les neuf fermes historiques avec des vignes françaises : La Bourgogne, La Dauphine, La Brie, Champagne, Cabrière, La Terra de Luc, La Cotte, La Provence et La Motte.

En 1691, le territoire accède au statut officiel de colonie.

Dès la fin du XVIIe siècle, pour pallier la pénurie de main d'œuvre, des esclaves doivent être importés de Guinée, de Madagascar, d’Angola et de Java (leurs descendants constitueront le groupe ethnique des « Malais du Cap »). En effet, à cette époque, les premières tribus africaines ne résident pas à moins de 1 000 km à l'est au- delà de la rivière Kei. Cette absence de Noirs au Cap, ainsi que dans certaines régions de l'intérieur, déclenche bien plus tard la polémique entre Afrikaners et Noirs quant à l'antériorité de leur présence en Afrique du Sud.

La colonie du Cap va prospérer durant tout le XVIIIème siècle, repoussant plus vers l'est et le nord ses frontières avec les créations des villes de Swellendam et Graaff-Reinet.

Menu

Incursions britanniques

Le Royaume-Uni conquiert la région du Cap de Bonne Espérance en 1797 pendant les guerres anglo-hollandaises. La puissance des Pays-Bas est en déclin et la rapidité de l'action britannique s'explique par la volonté d'éviter que la France ne s'approprie la région. Les Pays-Bas la récupèrent en 1803, mais déclarent faillite en 1805 et la colonie est officiellement annexée au Royaume-Uni en 1814.

La colonie britannique est établie avec 25 000 esclaves, 20 000 colons blancs, 15 000 Khoïsan et 1 000 esclaves noirs libérés. Le pouvoir est jalousement détenu par son élite et les distinctions sociales fondées sur la race sont fortement ancrées. A l'instar des Néerlandais, les Britanniques voient le Cap comme un point stratégique de ravitaillement, non comme une colonie. En 1820, plusieurs centaines de colons britanniques débarquent au sud-est du Cap et fondent la ville de Port Elizabeth à la frontière des territoires Xhosas. L'idée est de créer une zone tampon entre les fortifications du Cap et les hostilités des indigènes. Cette stratégie échoue et dès 1823, la moitié des colons se sont retirés dans les villes, notamment Grahamstown et Port Elizabeth.

Le fossé entre les Britanniques et les Boers s'élargit, tandis que les premiers dominent la politique, la culture et l'économie, les seconds sont relégués dans les fermes. Quand les Britanniques abolissent l'esclavage en 1833, le fossé se creuse davantage car les Boers considèrent qu'il s'agit d'un acte contre la volonté divine de la hiérarchie des races.

C'est à cette époque également que l'Empire zoulou connaît son apogée sous la conduite de son chef Chaka. Celui qui, depuis 1816, dirige la nation des Ngunis-Amazoulou, « ceux du ciel », a remodelé l'organisation de son peuple en une armée de métier constituant le pivot de la société, révolutionnant les structures traditionnelles. Il bouleverse également la stratégie militaire de son armée, optant pour l'attaque « en tête de buffle » où les ailes opèrent en mouvement tournant. S'il règne à ses débuts sur un territoire de 100 000 km², c'est avec son armée gigantesque de 100 000 hommes qu'il réoriente l'expansion de son royaume vers l’ouest et vers le sud contre les peuples Tembou, Pondo et Xhosa. Ce faisant, il va conquérir en quatre années un territoire plus vaste que la France, au prix de véritables massacres et de nettoyages ethniques. Cette période est connue sous le nom de Mfecane où les vainqueurs zoulous supprimaient les vieillards des peuples vaincus, incorporaient dans la nation les femmes et enrégimentaient les jeunes dans les Impis. Ces derniers devaient abandonner leur identité ethnique pour devenir de véritables Zoulous. S'ils refusaient, ils étaient tués. Selon certains historiens, ses conquêtes seraient responsables directement ou indirectement de la mort de plus de deux millions de personnes qui vont laisser d'immenses territoires vides de toute population.

Le déclin de Chaka commence avec sa tendance de plus en plus affirmée à la tyrannie, qui lui valut l’opposition de son propre peuple. À la mort de sa mère Nandi en 1827, Chaka fait exécuter plus de 7 000 personnes et durant une année entière, il est interdit aux gens mariés de vivre ensemble et à tous de boire du lait.

En 1828, il est finalement assassiné, victime d'un complot organisé par son demi-frère Dingane et par Mzilikazi.

C'est à cette époque que les territoires vidés de leurs peuples sont explorés par des « Trekboers » en quête d'indépendance.

Menu

Le Grand Trek

Les mauvaises relations entre les Boers et l'administration britannique conduisent les premiers à revendiquer leur africanité (« ek been ein afrikander ») et refuser l'administration coloniale.

En 1835, l'abolition de l'esclavage, les compensations insuffisantes des fermiers afrikaners et l'arrogance des autorités britanniques conduisent des milliers de Boers à choisir l'émancipation du pouvoir colonial.

Optant pour un nouveau départ vers l'intérieur des terres, des milliers de Boers embarquent pour l'inconnu à bord de leurs chars à bœufs, avec femmes, enfants et serviteurs. On les appellera les Voortrekkers.

Cette période est connue sous le nom de Grand Trek et a façonné la mythologie des Afrikaners, le peuple élu, la tribu blanche, à la recherche de sa terre promise. Digne du Far West américain, cette aventure constitue la genèse du volk afrikaner.

La création dans le sang de leur république de Natalia contre les Zoulous est lourdement chargée de symboles à ce titre.

Ainsi, la trahison dont furent victimes les chefs voortrekkers Gert Maritz et Piet Retief justifie la méfiance des Afrikaners envers les Noirs d’Afrique du Sud. En effet, alors que Retief venait de négocier un accord de co-existence et d’entraide avec le Roi des Zoulous, qu’il avait accepté l’invitation pour un banquet en cet honneur et à cette fin d’être désarmé, il est massacré avec 60 de ses hommes. Le Roi ordonne alors de trouver les campements boers et de massacrer tous ceux qui s’y trouvent. Alertés par des survivants qui échappent à ces massacres, les familles boers se rassemblent autour de leurs chefs Andries Pretorius et Sarel Cilliers.

Le 16 décembre 1838, à l’aube de la confrontation finale, ils jurent que si Dieu leur accorde la victoire, ils construiront une église pour rendre grâce au seigneur afin de l'honorer et se promettent de lier leur destin au seul Volk et à Dieu.

La confrontation lors de la bataille de Blood River entre les 500 Boers repliés derrière leurs chariots rangés en cercle (Laager) et les 10 mille guerriers zoulous se solde par une véritable hécatombe zouloue, colorant de leur sang la rivière Ncome dorénavant connue sous le nom de Blood River, alors que les voortrekkers n’ont subi que quelques blessés. Cette victoire consacre la foi des Boers en leur destin biblique.

Menu

Les Républiques Boers du Transvaal et de l'Orange

Après la prise du Natal par les Britanniques au début des années 1840, l’épopée boer recommence pour atteindre son apogée dans les années 1852-1854 avec la création des deux républiques indépendantes : la Zuid Afrikaansche Republiek (Transvaal) et l'Oranje Frystaat (État libre d'Orange), reconnues par les Britanniques par le Traité de Sand River .

Ces républiques économiquement arriérées, faiblement peuplées, où seuls les Boers sont citoyens, furent souvent en conflit avec les tribus africaines voisines. Si l'État libre d'Orange réussit rapidement à parvenir à une stabilité politique, le Transvaal devait mettre plusieurs années à assimiler une petite dizaine de micro républiques boers réfractaires.

De leur côté, les Britanniques entreprennent de pacifier le Natal mais les Zoulous leur opposent une farouche résistance. En janvier 1879, l'armée britannique subit une défaite mémorable à Isandhlwana. Et c'est lors d'une escarmouche avec les Zoulous que le jeune Prince Impérial, fils de Napoléon III et de l'Impératrice Eugénie, trouve la mort le 1er juin 1879. Une fois la résistance zoulou anéantie, le gouvernement colonial britannique put reporter son attention sur les républiques boers, véritables épines dorées au milieu de leur Empire.

En effet, le Transvaal notamment se révèle immensément riche en or et diamants : leur découverte à partir de l'année 1860 est perçue par les Boers, fermiers avant tout, comme une véritable catastrophe. Des milliers d'aventuriers affluent vers le Transvaal apportant avec eux un mode de vie à l’opposé de l'austérité et du puritanisme boer.

Après une première annexion difficile (1877-1883), la Grand-Bretagne redonna finalement son indépendance au Transvaal. Mais la découverte des gisements d'or au Witwatersrand en 1886 va remettre le Transvaal à l'ordre du jour britannique. C'est l'homme d'affaires Cecil Rhodes qui s'emploie à saper la stabilité de ces républiques afin de réaliser son rêve impérial d'une Afrique britannique du Cap au Caire. En 1889, Rhodes créait la British South Africa Company (BSAC) qui obtient du gouvernement britannique une « charte royale » pour occuper le Matabeleland situé au nord du Transvaal. En 1890, alors que Rhodes est devenu Premier Ministre du Cap, la BSAC occupe le Mashonaland. Ces deux territoires et ceux conquis en amont du fleuve Zambèze forment bientôt la Rhodésie.

A l'ouest, le Bechuanaland est sous contrôle britannique. Le Transvaal est encerclé et, hormis l'unique débouché maritime que lui offre Lourenço-Marquès dans la colonie portugaise du Mozambique, il ne peut se développer sans concertation avec les autorités britanniques.

D'ailleurs depuis 1886, cette prépondérance britannique est symbolisée par l'émergence, à une cinquantaine de kilomètres de Pretoria, la capitale du Transvaal, d'une ville nouvelle, née de la ruée vers l'or, peuplée d'étrangers (Britanniques) réclamant le droit de vote : Johannesburg.

Menu

Les guerres Boers

Les découvertes de gisements de diamant en 1867 et d'or en 1886 augmentent la richesse ainsi que l'immigration et durcissent les conditions de vie des autochtones. Les Britanniques annexent le Transvaal en 1877 déclenchant la première guerre anglo-boer en 1880-81. Durant cette guerre, les Boers portaient des habits kaki de la même teinte que la terre tandis que les soldats britanniques portaient un uniforme rouge vif ce qui en faisaient une cible bien visible pour les francs-tireurs. À la suite de plusieurs victoires boers, cette guerre se solde par le recouvrement de l'indépendance du Transvaal, présidé par le vénérable et légendaire Paul Kruger.

Dans la décennie 1890, les tensions étaient de nouveau vives entre Britanniques et les citoyens du Transvaal et plus particulièrement entre le président du Transvaal, Paul Kruger, et Cecil Rhodes, le richissime et impérialiste Premier ministre de la Colonie du Cap.
Les territoires au nord du fleuve Limpopo étant désormais sous domination britannique, il restait à contrôler les républiques boers. Depuis des années, les étrangers (uitlanders) de Johannesburg réclamaient la citoyenneté afin de disposer du droit de vote et d'influer sur les affaires du gouvernement du Transvaal. Paul Kruger refusait obstinément afin de préserver l'identité boer et d'empêcher à terme une majorité de réclamer l'annexion pure et simple de la république indépendante à la couronne britannique.

En 1895, le docteur Leander Starr Jameson, bras droit de Rhodes, organise une expédition punitive contre le Transvaal dont le but était de renverser le gouvernement. Ce « Raid Jameson » est un fiasco qui débouche sur la mise en cause de Cecil Rhodes et sa démission en 1896 de son poste de Premier ministre.

En septembre 1899, après l'échec d'ultimes tentatives de médiation du président Marthinus Steyn de l'État libre d'Orange, le Ministre des Colonies britanniques Joseph Chamberlain envoie un ultimatum à Kruger exigeant la complète égalité de droits pour les citoyens britanniques résidant au Transvaal ce que celui-ci ne pouvait accepter. C'est en revanche en connaissance de cause que Kruger lance son propre ultimatum avant même d'avoir reçu celui de Chamberlain. Il donnait 48 heures aux Britanniques pour évacuer leurs troupes des frontières du Transvaal; dans le cas contraire la guerre leur serait déclarée en accord avec leur allié, l'État libre d'Orange. La guerre est ainsi déclarée le 12 octobre 1899.

En dépit de multiples victoires, les Boers ne peuvent résister bien longtemps et les républiques sont occupées dès l'été 1900. Mais les succès de la guérilla qui se développe immédiatement dans le pays vont prolonger la guerre pendant encore deux années. Désarçonné, le commandement britannique fait placer les civils boers dans des camps de concentration et leurs serviteurs noirs dans d'autres camps où sévissent la malnutrition et les maladies. Ils brûlent les fermes et les récoltes afin de couper les combattants de leurs bases et de leur retirer le support populaire dont ils bénéficient.

Résigné, le commandement boer est obligé de négocier un traité de paix qui est signé à Pretoria le 31 mai 1902 : le traité de Vereeniging. Les Boers perdent leurs républiques et deviennent des sujets britanniques. Mais la vingtaine de milliers de civils morts dans les camps de concentration britanniques alimenta pendant très longtemps la rancune voire la haine des Afrikaners (tels qu'ils seront désormais appelés) contre le Royaume-Uni et leurs propres concitoyens d'origine britannique.

Menu

 

L'ascension des Afrikaners : 1910 - 1948

A l'instar de l'Australie et du Canada, les Britanniques décident de créer un dominion unissant les colonies du sud de l'Afrique en l'occurrence les colonies britanniques du Cap et du Natal avec les anciennes républiques Boers devenues les colonies du Transvaal et de l'Orange. Cela permet également aux Afrikaners, c'est-à-dire aux Boers, de se réinsérer dans la vie politique et économique des territoires d'Afrique du Sud au sein d'une union créée et contrôlée par le Royaume-Uni.

La constitution de l'Union de l'Afrique du Sud du 31 mai 1910 va permettre aux Afrikaners de reprendre en main la réalité du pouvoir politique à l'échelle d'un grand pays composé de quatre provinces distinctes.

Sur à peu près 3 millions et demi d'habitants, un million est d'origine européenne dont plus des deux tiers sont afrikaners.

La constitution de 1910 permet aux anciennes républiques boers d'appliquer un système électoral ségrégationniste (favorable ainsi aux Afrikaners au Transvaal et de l’Orange) alors que la colonie du Cap accordait le droit de vote aux métis et aux Noirs sous certaines conditions. La capitale administrative de l'Union est fixée à Pretoria. Le siège du parlement est à Cape-Town et le siège de la cour suprême est à Bloemfontein. L’anglais et le néerlandais sont les langues officielles du parlement. Le pays est doté d’armoiries qui figurent sur le drapeau colonial britannique d’Afrique du Sud, le Red Ensign. C’est dans ce cadre que les Afrikaners, vaincus militairement, dominés économiquement par la minorité anglophone, s'attellent à la conquête du pouvoir politique.

Menu

L'alliance entre anglophones et Afrikaners modérés (1910-1924)

Le premier Premier ministre élu en 1910 est le général afrikaner Louis Botha, leader du parti afrikaner Het Volk et héros de la guerre des Boers. Il symbolise alors le retour des Afrikaners au pouvoir. Ce premier gouvernement comme ceux qui suivent, est constitué par une alliance d'anglophones et d'afrikaners modérés comme le général Jan Smuts, un de ses camarades de combat. Il doit néanmoins affronter une opinion boer hostile au Royaume-Uni et l'opposition de « petits Blancs » racistes.

Pour satisfaire leurs aspirations, Louis Botha et son gouvernement vont s'attacher à promouvoir socialement la communauté afrikaner avec, notamment, le recrutement privilégié dans la fonction publique des membres du Volk, divers soutiens financiers pour l'achat de terres et de fermes (création de la banque afrikaner volkbank) et des mesures sociales d'avant-garde pour les mineurs.

C'est ainsi qu'il renforce les lois coloniales britanniques appliquées en fonction du code de couleur, le Color Bar, qui réglemente les relations interraciales. Dès 1911, la Native Labour Regulation Act réglemente le travail indigène puis en 1913 la loi sur la propriété foncière indigène limite à 7,8 % du territoire les régions où les Noirs peuvent acquérir des terres. C'est pour protester contre cette loi que se rendent en 1914 au Royaume-Uni des représentants du tout nouveau Congrès national africain] fondé un an plus tôt le 8 janvier 1912 à Bloemfontein pour organiser et unifier les différents peuples africains de l'Union afin de défendre leurs droits et leurs libertés.

Cependant, toutes ces mesures ne sont pas suffisantes pour les Afrikaners les plus radicaux.

Avant même l'engagement de l'Union dans la Première Guerre mondiale au côté du Royaume-Uni, un ancien de la guerre des Boers, le général James B. Hertzog, faisait dissidence en optant pour le combat nationaliste afrikaner et crée en 1914 le Parti national dont le programme radical était de mettre fin aux liens de l'Afrique du Sud avec la Couronne britannique. Dès les élections de 1915, avec 27 députés, le Parti National s'impose comme le troisième parti du pays derrière le Parti sud-africain de Botha et les Unionistes.

La Première Guerre mondiale permet au dominion de conquérir de nouveaux territoires comme la colonie du Sud-Ouest Africain allemande en 1915. Mais cet engagement au côté des Britanniques est dénoncé par les Afrikaners intransigeants, partisans des Allemands du Sud-Ouest Africain. C'est à cette époque qu'une société secrète calviniste est fondée. Le but de la Broederbond, la « Ligue des frères », est la préservation et la promotion de l’identité afrikaner qu’elle soit politique, économique, sociale ou culturelle. Cette franc-maçonnerie afrikaner devient finalement le moteur de la politique du pouvoir blanc et de tous les dirigeants politiques de cette époque. Cette vision est plus tard longtemps partagée par l’Église réformée hollandaise, une autre composante importante de l’identité afrikaner.

A la mort de Louis Botha en 1919, son successeur, Jan Smuts, entreprend une politique économique très libérale vis à vis des conglomérats miniers. Ces derniers souhaitaient avoir des coûts de production les plus bas possibles et donc une main d’œuvre à bon marché.

Aux élections de 1920, Smuts sauve sa majorité en s'alliant aux unionistes et aux travaillistes alors que le Parti National qui détient la majorité relative des sièges, est isolé sans aucun allié.

Aux élections anticipées de 1921, la nouvelle majorité de Smuts est reconduite démontrant l'isolement du Parti national qui se met alors en quête d'alliés au prix d'un recentrage politique.

En 1922, une grève générale à l'instigation des mineurs afrikaners et du parti communiste est déclenchée dans tout le pays exigeant des revendications salariales, le slogan étant « Travailleurs de tout le pays, unissez-vous pour une Afrique du Sud blanche ». Aux revendications sociales s'ajoutèrent des revendications nationalistes et anticapitalistes initiées par les communistes blancs. Des émeutes éclatent contre la police venue évacuer les mines occupées par les mineurs ; une répression sanglante sur l'initiative de Smuts met fin en une semaine à leur rébellion. La répression est particulièrement sévère contre les communistes dont la hiérarchie blanche fut décapitée.

La victoire policière de Smuts se transforme rapidement en une défaite morale. En dépit de la loi sur les régions urbaines indigènes, votée en 1923, introduisant la ségrégation résidentielle, Smuts s'était coupé de l'électorat afrikaner alors que Tielman Roos, le leader nationaliste du Transvaal, parvenait à rallier le petit Parti travailliste (parti pivot au parlement) au Parti National.

Menu

Le premier gouvernement du Parti National (1924-1933)

Le parti communiste ayant été écrasé par la répression policière, ses sympathisants se sont facilement retrouvés dans les thèmes nationalistes et anticapitalistes du Parti National.

Les élections générales de 1924 sont alors une déroute électorale pour Smuts et son Parti Sud-Africain contre l'alliance formée par le Parti National et le Parti Travailliste de Frederic Creswell. La victoire ainsi acquise, Hertzog fut propulsé aux Union Buildings de Pretoria où il forme un cabinet de coalition comprenant deux ministres travaillistes.

Une de ses premières mesures symboliques est de remplacer le néerlandais par l’afrikaans comme langue officielle au côté de l'anglais.

Hertzog mit également en route une consultation populaire devant aboutir à la création d'un hymne officiel sud-africain et d'un drapeau national en remplacement du drapeau colonial aux couleurs britanniques. Le nouveau drapeau national d'Afrique du Sud est adopté par le parlement en 1927. Consensuel, il symbolise l'histoire blanche du pays et l’union entre les quatre provinces, en reprenant les trois couleurs horizontales, orange, blanc et bleu du Princevlag hollandais du XVIIe siècle, les drapeaux Boers et l'Union Jack. L'hymne national adopté est « Die Stem van Suid Afrika » dont les paroles provenaient d'un poème de l'écrivain sud-africain CJ Langehoven.

La politique économique d'Hertzog n'est pas très différente de celle de Smuts et est marquée par une protection accrue des Afrikaners avec la poursuite et l’extension d'une politique ségrégationniste initiée sous Botha. Aux élections de 1929, le Parti National obtint la majorité absolue des sièges avec seulement 41% des suffrages contre 47% des voix au Parti sud-africain de Smuts. Les travaillistes restent néanmoins au gouvernement.

Ce sont des années de prospérité pour les Afrikaners dont le niveau de vie augmente considérablement jusqu'à la crise économique qui frappe le pays dans les années 1930.

Menu

Le gouvernement d'union nationale (1933-1939)

En 1933, devant affronter la progression du chômage et les problèmes économiques, les nationalistes d'Hertzog et les libéraux de Smuts s’accordent sur la constitution d’un gouvernement d’union nationale. Aux élections de mai 1933, avec 136 députés sur un total de 150, les deux partis marginalisent travaillistes et centristes. En 1934, Le Parti National et le Parti sud-africain fusionnent pour créer un nouveau parti, le Parti Uni, reflétant le gouvernement d'union nationale dirigé par Hertzog.

Mais ce ralliement provoque un nouveau schisme chez les nationalistes. L'aile droite du parti sur l'initiative du pasteur Daniel Malan refuse l'union pour rester dans un « parti national purifié ». Dix-sept parlementaires rejoignent ce parti national purifié dont les dirigeants renchérissent alors dans les revendications nationalistes : réaffirmation de la rupture avec le Royaume-Uni, instauration de la république, institutionnalisation de la ségrégation et de la domination blanche (on ne parle pas encore d'apartheid), promotion de l'histoire afrikaner et du social-christianisme afin de permettre et maintenir la domination politique des Afrikaners sur toute l'Afrique du Sud. Les théoriciens complètent leur idéologie par des références au nazisme triomphant de l'Allemagne d'Adolf Hitler.

Le gouvernement d'union nationale d’Hertzog et de Smuts dirige le pays jusqu'en 1939. Durant ces années, l'économie se redresse au dépend de la situation sociale des plus démunis qu'ils soient noirs ou blancs, ces derniers étant de plus en plus attirés vers les thèses nationalistes de Malan. Ainsi aux élections de 1938, si les électeurs confirment le Parti Uni, ce sont les nationalistes de Malan qui gagnent dix élus grâce aux voix des Blancs ruraux ou des plus démunis, confirmant leur statut d'opposition officielle.

Mais en 1939, au moment de faire accepter par le parlement l'entrée en guerre au côté du Royaume-Uni, la coalition gouvernementale vole en éclats. Alors qu'Hertzog défend le principe de neutralité de l'Afrique du Sud, Smuts soutient celle de l'engagement au côté des Britanniques. Malgré l'appui des voix nationalistes de Malan à Hertzog, l'entrée en guerre est votée à une courte majorité. Hertzog démissionne et Smuts se retrouve seul au pouvoir.

Menu

La dernière grande division entre Afrikaners (1939-1947)

Durant les années 1939-1945, des groupuscules armés afrikaners et pro-nazis tels l'Ossewa Branderwag, « la sentinelle des chars à bœufs », se multiplient et mènent des actions de sabotages. La répression du gouvernement est impitoyable : ces groupements sont vite dissouts et leurs leaders arrêtés et emprisonnés. Parmi les militants et sympathisants de ces organisations figurent deux futurs premiers ministres : Hendrik Verwoerd et Balthazar John Vorster.

Malan et les nationalistes auxquels s'étaient joints Hertzog et ses alliés s’unissent dans un « Parti National réunifié », mais très vite en désaccord avec les ultras proches de Malan, Hertzog quitte le parti et fonde le Parti Afrikaner repris après sa mort en 1943 par Nicolaas Havenga.

Malan et les « nats » évitent dans ces années de guerre d'être impliqués dans des actions de sabotage mais soutiennent moralement les buts de ces groupuscules. Lors des élections de 1943, le parti doit faire face à des dissidences issues de ses rangs, notamment celle « d'Ordre Nouveau » de l'ancien ministre Oswald Pirow au programme pronazi. Néanmoins, en remportant 16 sièges supplémentaires par rapport aux élections de 1938 et 36 % des suffrages, le Parti National parvient à juguler cette dissidence qui n'a aucun élu alors que le Parti Uni (105 sièges), toujours victorieux, voit sa majorité se réduire encore.

En 1944, de leurs côtés, les mouvements noirs ne restent pas inactifs, stimulés par l'action d'une jeune garde composée notamment de Nelson Mandela, Walter Sisulu et d'Oliver Tambo qui fondent la ligue de jeunesse de l'ANC, mouvement étudiant plus radical que son aînée dans son mode d'expression et partisan de manifestations de masse pour faire aboutir les revendications d'égalités raciale et démocratique de la majorité noire. En 1947, l'ANC s'allie au Congrès indien du Natal et au Congrès indien du Transvaal afin de jeter les bases communes d'une formation unie en opposition au gouvernement.

Chez les Blancs, les tensions entre les nationalistes afrikaners et les modérés du Parti Uni avaient été de nouveau dopées par l'approbation de Jan Smuts aux conclusions du rapport de la commission Fagan qui préconisait une libéralisation du système racial en Afrique du Sud en commençant par l'abolition des réserves ethniques ainsi que la fin du contrôle rigoureux des travailleurs migrants. Le Parti National mandata de ce fait sa propre commission (la commission Sauer) recommandant à l'inverse le durcissement des lois ségrégationnistes.

Auréolé de la victoire des alliés à laquelle s'est jointe l'Afrique du Sud et de la participation du pays à la création des Nations Unies, Jan Smuts semble assuré d'une réélection confortable aux élections générales de 1948 et peut ainsi proposer de mettre en forme les propositions de la commission Fagan, alors que les nationalistes soumettent aux Sud-Africains afrikaners mais aussi aux anglophones leur nouveau projet de société fondé sur les conclusions de la commission Sauer : l'apartheid.

Menu

Les années de gloire du parti national et de l'apartheid

Contre toute attente, bien que minoritaire en voix, l'alliance du Parti national de Daniel Malan, et du Parti Afrikaner (Afrikaner Party - AP) de Nicolaas Havenga, remporte la majorité des sièges aux élections de 1948. Le nouveau Premier ministre, Daniel François Malan, compose un gouvernement exclusivement afrikaner. Il confie à Hendrik Verwoerd le ministère des affaires indigènes par lequel il va commencer à appliquer sa doctrine de développement séparé des races connues aussi sous le nom d'apartheid.

Le système législatif et constitutionnel s’enrichit de nouvelles lois ségrégationnistes alors que les anciennes lois raciales et spatiales comme le Land Act de 1913 sont durcies. La question raciale finit par intervenir à tous les stades de la vie avec la codification de lois ségrégationnistes d'applications quotidiennes visant à faire coexister deux mondes qui jamais ne vivront ensemble. Les lois organisant l'apartheid, votées en février 1950, sont organisées autour d'un principe de cloisonnement : les individus sont classés en quatre groupes qui déterminent leur vie (résidence, études, mariage, etc).

Les Noirs, progressivement expulsés de quartiers entiers près des villes et obligés de vivre dans des townships construits pour eux, doivent souvent parcourir de longues distances pour aller travailler dans les villes blanches. L'animosité des Afrikaners envers les Britanniques laisse la place à la crainte du péril noir. En amenant la question raciale au cœur du débat politique, le Parti national va, durant une trentaine d'années, monopoliser le vote de la communauté afrikaner et attirer le vote de la communauté anglophone.

La reprise de la doctrine de l'apartheid par les premiers ministres successifs, tous du NP, crée un système constitutionnel et législatif unique au monde, approuvé démocratiquement par la majorité des Blancs convaincus de n’avoir d’autres choix pour demeurer dans leur pays.

De son côté, l'ANC, principale organisation anti-apartheid qui lutte pour l'égalité politique, économique et juridique entre Noirs et Blancs, est socialiste et alliée au Parti Communiste ce qui en fait un adversaire, non seulement des Blancs d'Afrique du Sud mais aussi des États-Unis d'Amérique. En juin 1952, l'ANC sous la férule de Walter Sisulu se joignit à d'autres organisations anti-apartheid dans une campagne nationale de défiance contre les restrictions politiques, sociales et résidentielles imposées aux gens de couleurs. Cette campagne de résistance passive prend fin en avril 1953 quand de nouvelles lois interdisent les rassemblements et les manifestations politiques.

Aux élections de 1953, le Parti National remporte de nouveau la majorité des sièges du parlement. En 1954, Malan, malade, démissionne de son fauteuil de Premier ministre qui est repris par Johannes Strijdom, élu ultraconservateur du Transvaal. Il accentue la politique ségrégationniste et la mise en place de bantoustans noirs (territoires autonomes administrés par les populations autochtones) sur 13 % du territoire sud-africain.

En juin 1955, le Congrès du Peuple, organisé par l'ANC et d'autres groupes anti-apartheid notamment blancs, adopte à Kliptown, la Charte de la liberté (Freedom Charter), énonçant les bases fondamentales des revendications des gens de couleur, appelant à l'égalité des droits quelle que soit la race. L'ANC se lie alors avec le Parti communiste et la centrale syndicale COSATU. Cent cinquante six membres de l'ANC et des organisations alliées sont arrêtés en 1956, puis acquittés cinq ans plus tard.

Lors des élections d'avril 1958, le Parti National remporte une confortable victoire électorale, vainqueur cette fois en voix et en sièges.

Menu

L'apogée de l'apartheid (1959-1966)

En 1959, à la mort soudaine de Strijdom, Hendrik Verwoerd lui succède à la tête du gouvernement. Alors que l'opposition libérale blanche se scinde en deux (des dissidents du Parti Uni forment le parti progressiste), la politique sud-africaine est de plus en plus contestée au niveau international, notamment aux Nations Unies.

Mais dans le même temps, les mouvements noirs de libération eux aussi se divisent quand de nombreux radicaux de l'ANC quittent leur mouvement pour protester contre son ouverture aux autres races et forment une organisation nationaliste concurrente, le Congrès Pan Africain dirigé par Robert Sobukwe.

En 1960, le massacre de Sharpeville où 69 protestataires pacifiques sont tués par la police mettent l'Afrique du Sud à la « Une » de l'actualité internationale. Pour riposter, le gouvernement fait interdire la plupart des mouvements de libération comme l'ANC ou le Congrès Pan Africain. Leurs dirigeants entrent alors dans la clandestinité. Nelson Mandela fonde alors une aile militaire de l'ANC, appelé Umkhonto we Sizwe, ce qui signifie la Lance de la Nation. En fin d'année, le chef de l'ANC, Albert Luthuli, obtient le Prix Nobel de la Paix.

Symboliquement, suite à la réprobation internationale en pleine période de décolonisation, l'Afrique du Sud est exclue des jeux olympiques après ceux de 1960 au Japon.

Dans un discours mémorable sur le « vent du changement » prononcé au parlement à Cape Town, le Premier ministre britannique Harold Macmillan en profite pour critiquer l’immobilisme et le passéisme des dirigeants d’Afrique du Sud. Exaspérés, les nationalistes proposent de soumettre un projet de référendum pour instituer la république. Bien qu'on ait cru un moment à une sécession des Blancs anglophones du Natal, le principe de la république fut approuvé le 5 octobre 1960. À cette occasion les Blancs se divisent entre républicains (Afrikaners) et loyalistes (anglophones) mais la transition se fait dans le calme sans émigration excessive des anglophones.

La « proclamation de la République Sud-Africaine » (RSA) le 31 mai 1961 accompagnée de la rupture des derniers liens avec le Royaume-Uni (retrait du Commonwealth) et la création effective du premier bantoustan noir, le Transkei marquent l'apogée de l'apartheid.

Aux élections du 8 octobre 1961, la politique de Verwoerd est plébiscitée alors qu'Helen Suzman devient la seule élue du Parti Progressiste au programme ouvertement anti-ségrégationniste.

En juillet 1963, plusieurs activistes de l'ANC interdite dont Nelson Mandela et Walter Sisulu sont arrêtés à Rivonia et inculpés de haute trahison et de complots envers l'État. En 1964, ils sont condamnés à la prison à vie.

Aux élections du 30 mars 1966, le Parti National remporte 58 % des suffrages alors qu'à ses frontières, la « colonie » de Rhodésie du sud de Ian Smith a déclaré unilatéralement son indépendance du Royaume-Uni pour maintenir le principe de la domination blanche sur son territoire.

En septembre 1966, un illuminé assassine Verwoerd en plein cœur du parlement mettant fin à la phase d'élaboration et d'application intensive et méthodique de l'apartheid.

Menu

La période de gel (1966-1975)

Le successeur de Verwoerd, Balthazar John Vorster, reprend la doctrine mais de façon plus pragmatique en ralentissant son application et en multipliant des exceptions à l'application des lois ségrégationnistes. En même temps, Vorster entreprend une politique de rapprochement avec certains pays africains modérés, tels la Côte d'Ivoire.

Les exceptions provoquent un tollé chez les héritiers spirituels de Verwoerd. Albert Hertzog, fils de l'ancien Premier ministre et plus extrémiste que ne le fut ce dernier, quitte le parti avec quelques compagnons et fonde le parti national reconstitué (HNP). Vite repris en main par Jaap Marais, cette nouvelle dissidence reste marginale (de 3 à 7 % des voix blanches).La guérilla de l´ANC commence en 1967.

Dans les années 1970, la RSA est sévèrement critiquée par la communauté internationale. En 1971, le tribunal de La Haye lui retire son mandat sur le Sud-Ouest Africain.

En 1974, l'assemblée générale des Nations-Unis refuse les lettres de créances de l'ambassadeur d'Afrique du Sud sous le prétexte de non-représentativité.

Les Blancs supportent cependant largement leur gouvernement et l’influence de l’opposition libérale se réduit à chaque élection à quelques strapontins. Ainsi, les provinces du Transvaal et de l'État Libre d'Orange envoient presque exclusivement des députés nationalistes au parlement de Cape Town alors que les libéraux, héritiers du parti uni de Smuts, ne conservent leur représentation parlementaire que grâce aux voies obtenues dans les banlieues huppées de Johannesburg, Durban, Port Elizabeth et Cape Town, villes dominées par les anglophones. Le Parti Uni, principal parti d’opposition en complète décomposition et peu crédible face au NP se dissout d’ailleurs en 1977.

Suite à la décolonisation du Mozambique et de l'Angola et à l'arrivée de gouvernements marxistes, la RSA se présenta en dernier rempart contre la mainmise des communistes en Afrique australe permettant à Vorster d'obtenir le soutien plus ou moins tacite des gouvernements occidentaux.En effet le FMI, et la Banque mondiale et de grandes banques occidentales accorderont des crédits de plusieurs milliards de dollars à la RSA. La RSA devient dans le même temps une puissance nucléaire grâce à ses relations avec Israël et la France.

Menu

Les doutes du pouvoir Afrikaner (1976-1989)

En 1976, l'imposition par le ministre Andries Treurnicht, de l'enseignement obligatoire en afrikaans au lieu de l'anglais ou d'une langue locale pour les écoliers noirs provoque un soulèvement de ces derniers dans les Townships. 
Une marche de protestation est organisée dans le district noir de Soweto près de Johannesburg le 16 juin 1976. Environ 20 000 étudiants se présentent et, malgré des appels au calme des organisateurs, affrontent les forces de l'ordre. La répression des forces de sécurité sud-africaines et de la police de Jimmy Kruger est très féroce.
La plupart des autres pays, à l'exception du Royaume-Uni et des États-Unis qui craignent le basculement du pays dans le camp de l'Union Soviétique, condamnent la répression et imposent une limitation du commerce ou même des sanctions.
Les images et les témoignages sur le massacre de Soweto feront le tour du monde.

En 1977, un des leaders très populaires de la « Conscience Noire », Steve Biko, est enlevé et assassiné par les forces de sécurité. C'est le journaliste et éditeur Donald Woods qui alerte l'opinion publique mondiale sur les conditions de la disparition de Biko. Ces évènements sont le sujet du film Cry Freedom - Le cri de la liberté réalisé en 1987.

Un embargo sur les ventes d'armes à la RSA est alors voté au conseil de sécurité des Nations unies alors que le pays est engagé militairement en Angola contre le gouvernement marxiste en place en soutenant directement ou indirectement le mouvement rebelle de l'UNITA et qu'il soutient le gouvernement blanc de Rhodésie. Cet échec diplomatique pour Vorster s'accompagne d'un scandale financier touchant l’un de ses proches, son dauphin Connie Mulder, ministre de l'information. Pourtant lors des élections du 30 novembre 1977, le parti obtient le meilleur score de son histoire (64,8 % des suffrages) laissant en miettes l'opposition parlementaire désormais principalement représentée par le Parti progressiste fédéral (16 %).

John Vorster ne tarde pas cependant à être rattrapé par le scandale qui affecte son dauphin et doit céder son fauteuil de Premier ministre, pour être nommé président de la république. Pieter Botha lui succède.

Son gouvernement forme un subtil équilibre entre conservateurs et libéraux, entre ceux des anciens gouvernements Vorster et des personnalités plus pragmatiques vis à vis de la doctrine de l'apartheid. Si Botha faisait figure à l’origine de partisan intransigeant du régime, ses fonctions à la tête de l'État vont l'amener à trancher en faveur du camp des « éclairés » du NP (pragmatiques) contre les « crispés » (conservateurs) réunis autour de son ministre et président de la fédération NP du Transvaal, Andries Treurnicht.

Avec l'appui des pragmatiques du parti, Botha décide d'entreprendre une réforme des institutions qui romprait en fait avec l'idéologie verwoerdienne. En 1981 d'ailleurs, seulement 4 bantoustans accédèrent à l'indépendance alors que 10 conservèrent un statut d'autonomie, démontrant la lenteur et les difficultés rencontrées pour construire l'apartheid.

En 1981, Botha propose une réforme constitutionnelle pour présidentialiser le régime et surtout octroyer un droit de vote et une représentation séparée pour les métis et les Indiens en instaurant un parlement tricaméral. Mais rien n’est prévu pour les Noirs, pourtant majoritaires. Bien que cette réforme soit limitée et soit qualifiée de bancale par les libéraux, que le principe de la domination blanche ne soit pas remis en question, les conservateurs se crispent. Aux élections de juin 1981, le HNP obtient 13 % des voix révélant la méfiance des ruraux afrikaners vis à vis du gouvernement Botha dont le Parti national avec 53 % des voix perd corrélativement 11 points par rapport aux élections de 1977.

A l'annonce des propositions sur les nouvelles institutions, les conservateurs du NP menés par Andries Treurnicht, tentent de censurer le gouvernement. Botha impose cependant sa réforme à la majorité des parlementaires du NP provoquant une cassure idéologique entre Afrikaners du Transvaal et de l'Orange avec ceux du Cap et du Natal. Au Transvaal, Pieter Botha se repose sur Frédérik De Klerk et Pik Botha pour évincer Treurnicht, le président du NP transvaalien en ralliant la majorité des élus du Transvaal.

Andries Treurnicht ne tarde pas provoquer un nouveau schisme en quittant le parti national avec une dizaine de parlementaires NP pour fonder en mars 1982 le Parti Conservateur (Conservative Party - CP).

Dès sa création, le CP reçoit le soutien de John Vorster, de la veuve de Verwoerd et de la plupart des groupuscules d'extrême-droite. Le HNP refuse cependant d'intégrer le CP, restant fidèle à son héritage verwoerdien. Le programme du CP se distingue par l'acceptation en son sein des anglophones comme Clive Derby Lewis, et par la volonté de créer un État blanc séparé du reste de l'Afrique du Sud aux dimensions plus réduites que dans l'idéologie verwoerdienne. Il s'agit de faire revivre l'idéal des républiques Boers.

En 1983, les mouvements opposés à l'apartheid s'allient au sein de l'United Democratic Front (UDF) pour coordonner la résistance au régime. L'UDF devient vite le représentant dans le pays de l'ANC.

En novembre 1983, Pieter Botha fait adopter sa réforme par référendum. Avec 76 % de participation, les Blancs approuvent à 65 % la nouvelle constitution instituant un système présidentiel et parlementaire tricaméral. Le poste de Premier ministre est supprimé et Botha prend la fonction de président de la république (State President). Il s'agit moins pour les Blancs d'accorder le droit de vote aux minorités de couleurs que de maintenir l’exclusion des Noirs de toute représentation parlementaire.

Les élections générales qui s'ensuivent marquent un glissement de l'électorat afrikaner vers le CP lequel enregistre de très bons scores dans les régions rurales du Transvaal et de l'Orange ainsi qu'à Pretoria, le fief afrikaner, lui permettant de doubler sa représentation parlementaire.

En 1984, les émeutes raciales se multiplient dans le pays alors que la situation internationale de la RSA se détériore. Le pays est soumis à un embargo économique et financier de plus en plus contraignant sous la pression de divers lobbies internationaux anti-apartheid qui exigent la fin de la discrimination et des élections multiraciales. L'armée sud-africaine fut alors envoyée dans les townships alors que s'organise une campagne de boycott des paiements des loyers et services et que des conseillers municipaux noirs étaient assassinés pour trahison envers leur communauté. Les alliés naturels de la RSA comme les USA se désolidarisent sous la pression de l'opinion publique et des mouvements noirs américains. En RSA même, les présidents des puissants conglomérats miniers, craignant pour leurs intérêts financiers, demandèrent au gouvernement d'adopter une politique plus libérale et d’engager des pourparlers avec les organisations noires.

En 1985, la police tue 21 personnes lors d'une manifestation commémorative du massacre de Sharpeville. L'ANC appelle à rendre les townships ingouvernables. Durant l'année, 35 mille soldats sont déployés pour rétablir l'ordre dans les townships et plus de 1 000 personnes sont tuées. De leur côté, les principaux syndicats noirs s'unissent dans la COSATU.

En 1986, Botha proclame l'état d'urgence dans les townships. Les camps de squatters près du Cap sont détruits en masse puis en signe d'ouverture, Botha abolit certaines lois emblématiques de l'apartheid comme le « passeport intérieur ». Il met fin également à l'interdiction des mariages mixtes entre personnes de couleur différente et reconnaît la pérennité de la présence des Noirs dans les frontières de la RSA blanche.

L'abolition des mesures vexatoires du « petty apartheid » comme les bancs ou les bus réservés aux Blancs provoqua de vives réactions dans les milieux conservateurs. Aux élections du 6 mai 1987, avec 26 % des suffrages, le parti conservateur gagne le statut d'opposition officielle au détriment des progressistes en fort recul. Aux municipales de 1988, le CP s'empara de 60 des 110 municipalités du Transvaal et d'une municipalité sur quatre dans l'État Libre d'Orange. Le NP conserva de justesse Pretoria. Botha se retrouve alors gêné sur sa droite et doit ralentir le processus de réformes. Il veut éviter une fracture irrémédiable entre Afrikaners.

En 1988, la COSATU est interdite ainsi que 18 autres organisations politiques.

Alors qu'elle est engagée dans la lutte contre les forces cubaines depuis l'indépendance de l'Angola en 1975, un retrait réciproque est négocié sous l'égide des Nations-Unis au cours de l'année 1988. Les forces cubaines acceptent de se retirer d'Angola. En contrepartie le gouvernement Sud-Africain accepte de retirer son soutien militaire et financier au mouvement rebelle UNITA et d'engager le processus politique devant aboutir rapidement à l'indépendance de la Namibie (21 mars 1990) qu'elle considérait jusque là comme sa cinquième province.

Menu

La transition vers la fin de l'apartheid 1989-1992

En janvier 1989, victime d'une congestion cérébrale, le président Pieter Botha se retire pendant un mois. À son retour, il renonçe à la présidence du Parti National (NP) mais déclare vouloir se maintenir jusqu'aux élections générales de 1990.

A la tête du NP lui succède le président du parti dans le Transvaal, Frederik de Klerk, soutenu par l'aile droite du parti.

Bien que catalogué comme conservateur, De Klerk veut changer l'image du parti et du pays. Proche des milieux économiques, il sait que les sanctions internationales sont de moins en moins supportables pour le pays. Il a conscience que le poids démographique des Noirs est très important et que les Blancs sont devenus trop minoritaires (18 %) pour pouvoir le diriger efficacement. Il comprend enfin que l'apartheid a atteint ses limites et a échoué dans sa volonté d'empêcher les Noirs de devenir partout majoritaires en RSA blanche à l'exception du Cap-Occidental où les métis demeurent les plus nombreux et à Pretoria où les Afrikaners dominent encore de manière significative.

Durant l'été 1989, Botha est contraint de démissionner par les membres de son cabinet qui veulent placer De Klerk le plus rapidement possible à la présidence pour sortir d'une situation bloquée et donner un nouveau souffle au pays.

Dès sa nomination à la présidence de la république, De Klerk s'entoure d'une équipe favorable à des réformes fondamentales. S'il maintient quelques piliers de l'apartheid comme Magnus Malan à la défense et Adriaan Vlok à la sécurité intérieure, c'est afin de donner des gages à l'électorat conservateur. Il maintient l'inamovible Pik Botha aux affaires étrangères pour rassurer les libéraux ainsi que le pragmatique Kobie Coetsee à la justice et Barend du Plessis aux finances. La nouveauté consiste surtout en la montée en puissance au sein du gouvernement et du parti de nationalistes réformistes comme Leon Wessels, Danie de Villiers ou Roelf Meyer.

De Klerk convoque des élections générales anticipées en septembre 1989. Celles-ci sont mauvaises pour le NP avec la perte d’une trentaine de sièges au profit du Parti Conservateur - CP (39 sièges pour 33 % des voix) et du nouveau Parti Démocratique (Democratic Party - DP), issu d'une fusion entre les petits partis progressistes et libéraux (avec 33 sièges et 21% des voix). Le NP garde néanmoins une petite majorité mais il n'est plus le premier parti des électeurs afrikaners qui lui ont préféré le CP pour 45 % d'entre eux (et seulement 7,5 % des voix anglophones).

Dès l'automne 1989, De Klerk fait supprimer les dernières lois de l'apartheid malgré l'opposition des mairies CP.

En janvier 1990, il provoque la fureur des ultras et la stupeur du monde entier en autorisant les partis noirs interdits comme l'ANC ou le parti communiste et annonce la libération prochaine des prisonniers politiques dont Nelson Mandela, figure emblématique de la lutte anti-apartheid.

La riposte de l'ultra-droite ne se fait pas attendre ; des défilés de milices et autres organisations paramilitaires ont lieu dans la plupart des villes afrikaners. Eugène Terreblanche, le chef du groupement paramilitaire « Mouvement de Résistance Afrikaner » (AWB), organisation reconnaissable à son sigle formant une svastika à 3 branches, devient aux yeux de l'opinion mondiale le symbole de l'oppression raciste sud-africaine et de la résistance au changement. Cette image très négative sert cependant les partisans des réformes.

La libération de Nelson Mandela en février 1990 et les pourparlers entre le gouvernement et les ex-partis interdits déchaînent les passions au sein de la communauté blanche. Contre ceux qui crient à la trahison et au suicide politique d’un peuple, les partisans des réformes affirment leur croyance en une transition pacifique des pouvoirs à la majorité noire, transfert jugé inéluctable et seul moyen pour permettre l’obtention de garantie pour les minorités.

En mars 1990, et après des négociations sous l’égide des Nations Unis, la RSA abandonne sa tutelle sur la Namibie.

En juin 1991, De Klerk fait abolir par le parlement les dernières lois d'apartheid encore en vigueur concernant l'habitat et la classification raciale. L'état d'urgence est levé à l'exception du Natal où des violences meurtrières entre ANC et partis noirs conservateurs ensanglantent la région.

Alors que les négociations continuent, les élections partielles dans les régions afrikaners constituent de multiples revers pour le NP au profit du CP. De Klerk décide durant l’année 1991 de faire de l'élection locale de Potchefstroom, fief NP du Transvaal, un enjeu national sur l'approbation des Blancs à ses réformes. Cette élection est un cuisant revers électoral pour le NP avec la victoire du CP qui profite alors de l’aubaine pour réclamer des élections anticipées.

De Klerk est affaibli par cette élection qui survient à la suite d'autres revers électoraux au profit des conservateurs. Les sondages sont mauvais pour le parti nationaliste. Tous indiquent sinon une défaite face au CP, en tout cas la perte de la majorité absolue si des élections anticipées avaient lieu. Une seule issue paraît pouvoir apporter des chances de succès, c'est l'organisation d'un référendum sur le bien fondé des réformes qui permettrait aux électorats du NP et du DP de s’additionner dans un même vote face au CP.

La campagne est très dure entre les partisans et les adversaires des réformes. Le but en est la validation ou non par l'électorat blanc de l'abolition de l'apartheid et la continuation des négociations en vue du transfert de pouvoir à la majorité noire. Durant la campagne, De Klerk reçoit l'appui critique des libéraux lesquels dénoncent l’exclusivité des négociations NP-ANC et la mise à l’écart des autres formations politiques. De son côté, les adversaires aux réformes réunissent dans un même camp l’extrême droite, le CP et plusieurs conservateurs du NP en dissidence de leur parti, notamment Pieter Botha, l'ancien président. Utilisant adroitement la répulsion que provoque l’extrémisme de l’AWB d’Eugène Terreblanche dans l'électorat blanc modéré, le NP a à cœur de mobiliser l'électorat autour d'un projet de passage en douceur du pouvoir vers la majorité et l’aobtention des garanties quant aux libertés fondamentales.

Le référendum eut lieu le 17 mars 1992. Avec un taux de participation supérieur à 80 %, les Blancs votent à 68,7 % pour le "oui" aux réformes. Le CP n'a pu mobiliser davantage son électorat et subit alors une défaite cruciale. Le référendum oblige les Blancs à décider concrètement de leur avenir et à faire un choix clair et définitif sur la politique de réformes constitutionnelles du gouvernement. La défaite des partisans de l’apartheid est sans appel. La plupart des régions fiefs du CP votent oui aux réformes (51 % à Kroonstad'Orange ; 54 % à Kimberley dans le Cap-nord ; 52 % à Germiston et même 54 % à Pretoria dans le Transvaal). Seule la région de Pietersburg dans le Northern Transvaal manifeste à 58 % son hostilité aux réformes. Dans les régions anglophones, c'est un raz de marée en faveur du oui (78 % à Johannesburg, au Cap, à Port Elizabeth), les records en sa faveur ayant lieu au Natal (78 % à Pietermaritzburg ; 84 % à Durban).

C'est la consécration pour De Klerk qui déclare qu'en ce jour les Sud-Africains ont décidé par eux-mêmes de refermer définitivement le livre de l'apartheid. Sans condamner le régime passé, il rappelle que le système né de bonnes intentions a dérapé confronté à la réalité des faits. Il s’avère bien que les Blancs ne renoncent pas au système parce qu'il est moralement condamnable, mais parce qu’avec pragmatisme, la communauté afrikaner prend acte du fait que l'apartheid est un échec n'ayant pu lui assurer ni la sécurité économique ni la sécurité physique. Une issue négociée est alors d'autant plus vitale, pour la « tribu blanche ».

Menu

La fin de la domination blanche (1992-1994)

Les négociations de Kempton Park près de Johannesburg auxquelles se joint le Parti Conservateur (CP) en tant qu'observateur aboutissent à une constitution provisoire.

Parallèlement, les sanctions internationales sont progressivement levées.

En 1992, l'Afrique du Sud, exclue depuis 1964, est réintégrée aux jeux olympiques de Barcelone auxquels elle participe sous un drapeau olympique, l'ANC refusant que des sportifs noirs soient représentés sous les couleurs de l'apartheid. Pour la première fois depuis longtemps, une équipe de rugby étrangère vient en RSA durant l'été 1992 sans opposition mais sous conditions imposées par l'ANC concernant le comportement des officiels sud-africains. Mais lors du premier test-match contre la Nouvelle-Zélande à l'Ellis Park de Johannesburg, en faisant jouer l'hymne national « Die Stem » repris en cœur par un public agitant abondamment les couleurs bleues, blanches et oranges, l'ANC menace d'en appeler à nouveau aux sanctions internationales.

En mars 1993, alors que les négociations se poursuivent, un des leaders les plus populaires du parti communiste, Chris Hani, est assassiné. L'enquête trouve rapidement les instigateurs de l'attentat parmi les milieux d'extrême-droite. Le commanditaire de l'assassinat est Clive Derby-Lewis, un des chefs anglophones du CP. L'arrestation de ce dernier devient le symbole de la fin de l’impunité pour les tenants de la ségrégation. En avril 1993, un nouveau coup dur frappe le CP : Andries Treurnicht meurt suite à des problèmes cardio-vasculaires. Un nouveau chef, Ferdinand Hartzenberg, lui succède mais ne peut empêcher le déclin du parti.

Du côté des nationalistes, des scandales éclaboussent le gouvernement De Klerk. Magnus Malan abandonne son poste de ministre de la défense pour celui des eaux et forêts à la suite de mises en cause dans la fourniture d'armes au parti zoulou Inkhata pour contrer les militants de l'ANC. Le ministre de la loi et de l'ordre, Adriaan Vlok, est lui aussi impliqué dans ce scandale et cède également son poste pour un autre moins sensible. La mise à l'écart de ces deux piliers conservateurs du gouvernement compromis dans les exactions des forces de sécurité oblige De Klerk à accélérer les négociations en vue de l'élection d'une assemblée constituante en 1994.

Cependant, ne voulant pas brader les intérêts de la minorité blanche, De Klerk recherche des garanties pour les droits des minorités, pour le maintien et le respect de certaines valeurs fondamentales : respect du droit de propriété afin de prévenir toute redistribution de terres abusive, garantie des intérêts culturels, économiques et sociaux. Il s'agit pour les Blancs de transférer le pouvoir politique à la majorité noire mais de conserver le pouvoir économique pour plusieurs années encore et éviter le sort des ex-colonies d'Afrique. Des garanties sont également confirmées concernant la rédaction de la future constitution par la future assemblée constituante.

Le 18 novembre 1993, l'ANC et le NP approuvent une nouvelle constitution démocratique, des élections pour tous les adultes en avril 1994 et le statut de langue officielle pour neuf langues locales soit un total de onze langues.

Du côté des radicaux de droite, un front du refus se constitue, regroupant le CP et divers mouvements afrikaners avec les partis et dirigeants conservateurs noirs. Ce regroupement au sein d'une « Alliance pour la liberté » marque l'arrivée sur la scène politique du Général Constand Viljoen, un Afrikaner très respecté jusque dans les rangs de l'ANC. Il regroupe derrière lui la totalité des partis nationalistes, conservateurs ou d'extrême-droite. Mais l'Alliance pour la liberté se brise rapidement, le seul point commun entre ses membres étant le refus des élections. Très vite, certains dirigeants noirs quittent l'alliance, contraints de rejoindre le processus électoral. C'est le cas des chefs du Ciskei ou du Bophuthatswana après l’échec par ce dernier d’une tentative de sécession.

Quand Viljoen obtient la garantie de l'ANC que le prochain gouvernement nommerait une commission pour étudier la faisabilité du projet d'un Volkstaat (État Afrikaner) en RSA en contre partie de la renonciation à la violence et de la participation des mouvements afrikaners aux élections, il est désavoué par ses partenaires du CP, du HNP et de l'AWB. L’idée du Volkstaat était pourtant au cœur des revendications des afrikaners conservateurs. Le CP avait été créé sur ce programme. Comme une sorte de bantoustan à l’envers, ce Volkstaat regrouperait sur un territoire assez vaste l'ensemble des Afrikaners avec Pretoria pour capitale. Mais ils se divisent sur les limites géographiques de ce territoire indépendant ; les plus radicaux veulent le constituer sur les frontières des anciennes républiques Boers alors que les plus modérés le veulent dans le nord-ouest de la province du Cap faiblement peuplée et dont la population a l'afrikaans pour langue maternelle. Déjà, dans une bourgade à la lisière entre l'État Libre d'Orange et la province du Cap s'est constitué un embryon de Volkstaat à Orania, ville habitée uniquement par des Afrikaners.

A la suite du désaveu de Viljoen par le CP, le général afrikaner crée un nouveau parti, le Front de la Liberté (Freedom Front - FF) pour représenter les Afrikaners aux élections de 1994.

Quant au CP, il livre ses dernières batailles parlementaires puis symboliquement, en pleine session parlementaire, entonne pour oraison funèbre de la domination blanche, l'hymne « Die Stem Van Suid Afrika » après que le gouvernement ait fait adopter les dernières lois mettant sur pied un régime multiracial de transition chargé d'élaborer dans les cinq ans une nouvelle constitution.

En avril 1994, après une campagne électorale sous tension où les attentats de gauche et de droite se sont succédé, la RSA procède à ses premières élections multiraciales.

Deux jours avant le vote, un attentat attribué à l'extrême droite a lieu à Johannesburg devant le quartier général de l'ANC. Des attentats meurtriers suivent à Germiston et à l'aéroport Jan Smuts de Johannesburg. Considérés comme un baroud d'honneur de l'extrême-droite, ils ne remettent pas en cause les élections.

Menu

La nouvelle Afrique du Sud

À partir du 27 avril 1994, les Sud-Africains votent pour élire leurs représentants au parlement et dans les conseils provinciaux des neuf nouvelles provinces du pays, intégrant les anciens bantoustans.

Lors de ces premières élections multiraciales, l'ANC remporte 63 % des voix contre 23 % au NP. Grâce aux métis, ce dernier remporte la province du Cap-Occidental avec 59 % des voix.

L'Inkhata Freedom Party obtient 10 % des voix et une représentation provinciale presque uniquement au KwaZulu-Natal alors que le Front de la Liberté parvient à rassembler 2,8 % des électeurs. Le Parti démocratique arrive en 4ème position avec 1,8 %.

Un gouvernement d'union nationale est alors formé au début du mois de mai 1994, réunissant les représentants des partis ayant obtenu plus de 5 % des voix, c’est-à-dire l'ANC, le NP et l'IFP.

Le 10 mai, Mandela fut élu Président de la République par le parlement. Il nomme Thabo Mbeki comme premier vice-président et Frederik De Klerk comme second vice-président et un gouvernement multiracial d'union nationale à majorité ANC.

En 1996, une constitution définitive est adoptée.

* 1999 : Thabo Mbeki devient le second président noir d'Afrique du Sud. L'ANC accroît sa prépondérance aux élections générales.
* 2000 : Fondation de l'Alliance Démocratique, regroupant divers partis d'opposition dont le Nouveau Parti national (NNP) qui s'en retirera un an plus tard pour rallier l'ANC.
* 2001: Conférence mondiale contre le racisme organisé par l’ONU à Durban
* 2004 : Second mandat pour Thabo Mbeki. Victoire pour la première fois de l'ANC dans les neuf provinces. Retour du NNP au gouvernement.
* 2005 : Dissolution du NNP dont les membres ont été invités à rejoindre l'ANC. Le vice-président Jacob Zuma est limogé par le président Mbeki à cause de son implication dans une affaire de corruption. L'insatisfaction augmente dans les bidonvilles et des manifestants s'en prennent aux autorités locales, accusées d'incompétence et de corruption. La cour constitutionnelle sud-africaine invalide la loi de 1961, qui stipulait que le mariage n’était légal que s’il unissait un homme et une femme.
* 2006 :
o Élections municipales du 1er mars remportées largement par l'ANC avec 66 % des suffrages contre 16% à l'Alliance démocratique et 4,7% à l'Inkatha Freedom Party. Néanmoins, on assiste à ces élections à une baisse significative de la participation (49%). La municipalité du Cap est la seule des six grandes métropoles d'Afrique du Sud à être dirigée par l'opposition officielle (l'Alliance démocratique).
o Le 14 novembre 2006, l'Afrique du Sud est le premier pays du continent africain à légaliser le mariage homosexuel, avec égalité des droits au mariage entre hétérosexuels. La nouvelle loi entre en vigueur le 30 novembre 2006.
* 2007 : Jacob Zuma prend la présidence de l'ANC et évince les partisans de Thabo Mbeki.
* 2008 : Pénurie grave d'électricité en Afrique du Sud. Impossibilité pour les 17 centrales nationales de satisfaire les besoins domestiques et les besoins des entreprises. Le pays suspend ses exportations d'électricité à destination de la Zambie et du Zimbabwe, menaçant ainsi de compromettre l'économie de ces 2 pays.
En septembre, Thabo Mbeki est évincé de la présidence sud-africaine par les partisans de Jacob Zuma. Il est remplacé par Kgalema Motlanthe. Une faction dissidente de l'ANC, loyale à Mbeki, fonde le Congrès du Peuple (COPE).
* 2009 : Suite aux élections générales du 22 avril remportées par l'ANC (près de 66% des voix), Jacob Zuma devient le nouveau président sud-africain en mai. L'Alliance démocratique remporte le Cap-Occidental lors des élections provinciales.
3 avril 2010 : Assassinat d'Eugène Terreblanche, leader de l'extrême droite.
10 juin-11 juillet 2010 : Organisation de la Coupe du monde de football, pour la première fois sur le continent africain.
6 septembre 2010 : Suspension, après trois semaines de mouvement, de la grève dans la fonction publique (1,3 million de grévistes).
27 octobre 2011 : Election de Lindiwe Mazibuko, députée noire, à la présidence du groupe parlementaire de l'Alliance démocratique (DA).
10 novembre 2011 : Suspension de Julius Malema pour cinq ans de l'ANC, pour avoir "semé la discorde au sein du parti et violé ses règles".
8 janvier 2012 : Centenaire de l'ANC.
29 février 2012 : Exclusion de Julius Malema de l'ANC.
10 août-19 septembre 2012 : Grève des 3 000 mineurs de la mine de platine de Marikana, dans le nord-ouest du pays.
16 août 2012 : Fusillade de la police contre les mineurs grévistes de Marikana (44 morts).
10 septembre-18 octobre 2012 : Grève dans la mine d'or de KDC West dans la banlieue de Johannesburg, exploitée par Gold Fields ; le 25 septembre, le mouvement s'étend à la mine Beatrix dans la province de l'Etat libre.
12 septembre 2012 : Début des grèves dans les mines de platine de la région du Rustenburg, exploitées par le groupe Anglo American Platinum (Amplats).
25 septembre 2012  Début des grèves dans les mines d'or exploitées par AngloGold Ashanti.
23 octobre 2012 : Gold Fields licencie 8 500 mineurs grévistes.

Menu

RETOUR

Article inspiré par : http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27Afrique_du_Sud

 

FRET AERIEN - FRET MARITIME - AFRIQUE DU SUD


Les plus beaux hôtels, lodges et guest-houses dans le monde

Les plus beaux hôtels,
lodges et guest-houses
dans le monde ...


Acheter photos Afrique, Amériques, Asie, Europe, Faune, Nature Safari en Afrique du Sud Safari au Botswana Safari au Kenya Safari en Namibie Safari en Ouganda Safari en Tanzanie Safari en Zambie Safari au Zimbabwe


Les circuits en Afrique du Sud

Trains de luxe :
Le Rovos, Afrique australe : l’âge d’or des voyages ferroviaires en Afrique !
Le Rovos, Afrique australe : l’âge d’or des voyages ferroviaires en Afrique ! Depuis 1989, Rovos a acquis une réputation internationale pour ses voyages de grande classe. Les wagons exceptionnels ont été restaurés dans un style classique.
Le Blue Train, Afrique australe
Le Blue Train, Afrique australe : train mythique des rois et présidents. Son nom même est devenu synonyme du luxe le plus raffiné et d’un service personnalisé inégalé. Les itinéraires du Blue Train – que ce soient les lignes régulières ou bien les voyages spécialement affrétés- permettent aux voyageurs de traverser quelques-uns des plus beaux paysages au monde.
Croisières :
Croisière à bord du RMS St.Helena
Croisière à bord du RMS St.Helena : de Cape Town à l'île de Sainte Hélène

 

 


Hôtels et Lodges "Relais & Châteaux" en Afrique

Hôtels et Lodges "Relais & Châteaux"
en Afrique du Sud


Nos séjours de pêche sportive :

Pêche en Guinée Bissau 
Pêche au Cap-Vert

Pêche au Gabon

Pêche à Madagascar

Pêche au Costa Rica

Pêche en Espagne

Pêche au Mexique

Pêche au Panama

Pêche au Sénégal

Pêche aux Seychelles

Hôtels et lodges en Afrique du Sud